En Chine, la loi oblige les enfants à rendre visite à leurs parents âgés

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La loi vient d'entrer en vigueur. Les enfants qui "oublient" leurs vieux parents risquent une amende et même la prison.

Depuis hier, premier
juillet, tous les Chinois doivent prendre soin de leur père et de leur mère. Si
les parents ont plus de soixante ans, ils ont droit à des visites régulières.
S'ils estiment que les enfants ne s'occupent pas d'eux, ils peuvent les poursuivre
devant la justice. Sur le site du Figaro,
Anne-Laure Frémont explique que certains parents n'ont pas attendu la nouvelle
loi pour porter plainte contre leurs enfants. Mais à partir de maintenant, ils
sont encouragés. Les "mauvais" enfants risquent une amende ou même la
prison. Les autorités exigent le respect des personnes âgées.

Récemment, la Chine a connu
quelques faits divers spectaculaires, des histoires d'abandon et aussi de
maltraitance. Par exemple cette femme de 91 ans battue et mise à la porte, simplement parce
qu'elle avait demandé à sa belle-fille un bol de porridge. Ces faits divers
sont rares mais ils frappent la population. Ils sont de plus en plus courants,
pour une raison évidente : en Chine, les personnes âgées sont de plus en plus
nombreuses. L'espérance de vie augmente. Aujourd'hui, 14% des habitants ont
plus de 60 ans. En 2050, ils seront au moins 30% dans cette situation.

Il y a aussi un phénomène
économique, social. Si les vieux parents sont de plus en plus seuls, c'est
parce que leurs enfants habitent de plus en plus loin. Parfois, ils vont
chercher du travail à des milliers de kilomètres de chez eux . Ils quittent la
campagne pour s'installer dans les grandes villes industrielles, ou dans les
mégapoles, comme Pekin ou Shanghaï. Le Shanghai Daily donne un chiffre effarant : la Chine compte 400 millions de travailleurs
migrants. Pas facile, dans ces conditions, de rendre visite, en fin de semaine,
à son père ou à sa mère. Selon un sondage, 12% des Chinois ne sont pas du tout
allés voir leurs parents ces dernières années, et 33% n'y sont allés qu'une
fois par an.

La loi va-t-elle y changer
quelque chose ? C'est peu probable. Sur le site du Figaro, Anne-Laure Frémont
raconte que ces derniers jours, beaucoup de Chinois ont réagi sur Weibo, la
version locale de Twitter. Certains contestent la loi. Surtout, beaucoup ne
voient pas comment elle sera appliquée. Le texte est flou : à partir de quand
un parent peut-il considéré qu'il est abandonné ? Peu d'enfants seront
condamnés. Mais le gouvernement chinois veut envoyer un signal politique. Les
vieux ont leur place dans la société. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne