De l'art dans un camion

On connaissait le Moma, le Musée d'art moderne de New York. Voici le Mumo, le musée mobile.

C'est un drôle de camion qui s'ouvre et se déploie sur 2 étages. A l'intérieur : des oeuvres d'art spécialement destinées aux enfants.

Un lapin géant gonflable, un rhinocéros coupé en deux, le ventre rempli de
charbon, une sculpture sur le thème du baiser.

"Je suis entrée au paradis", raconte cette petite fille de Douala au
Cameroun. Le camion est, pour quelques jours encore, installé dans la poussière de la
cour de son école.

Le véhicule en lui-même est une oeuvre d'art, rayé en rouge et blanc par
Daniel Buren, le créateur des célèbres colonnes du Palais Royal, à Paris. Au total, une quinzaine d'artistes reconnus dans le monde entier participent
à ce projet né de l'imagination d'une Française... Ingrid Brochard.

Elle a 35 ans et elle a créé une fondation "L'Art à l'enfance", elle,
qui n'a pas eu la chance d'aller au musée quand elle était petite. Avec le Mumo, elle veut rendre l'art plus accessible, participer à l'éveil
des enfants, et leur montrer d'autres manières de penser le monde.

Après le Cameroun, le musée poursuivra sa route en Côte d'Ivoire et au
Bénin. Faut-il y voir un "geste néo-colonialiste" ? Ou le moyen pour le groupe Bolloré de s'acheter une bonne conscience ?
Bolloré est le principal mécène de ce projet.

"Sans doute" écrit Emmanuelle Lequeux, l'envoyée spéciale du journal Le Monde
au Cameroun.

Mais on l'oublie vite, à voir les mines des enfants qui découvrent les
oeuvres. Etonnés, parfois effrayés, mais la plupart du temps, le sourire aux
lèvres... comme ce petit garçon qui raconte :

"J'étais au ciel, dans un nuage... Ma peau a changé de couleur".

Vous êtes à nouveau en ligne