L'histoire à la carte. Le bouillon Chartier

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les bouillons sont des restaurants populaires et bon marché, qui attirent toujours beaucoup de monde, comme le "Bouillon Pigalle" à Paris. Mais l'un des plus anciens est le Bouillon Chartier. Son histoire mérite d'être racontée.

Frédéric Chartier ne prenait pas le bouillon, il le vendait ; et il est devenu riche ! Avec son frère, il a ouvert plusieurs restaurants au début du XIXe siècle. Aujourd’hui, le Bouillon Chartier reste une des grandes adresses de la capitale.

Une idée simple des frères Chartier, Frédéric et Camille

En 1896, les deux frères ont eu une idée simple : offrir un repas digne de ce nom à un prix modeste, et respecter la clientèle pour gagner sa fidélité. Ils ouvrent alors leur propre "bouillon". Depuis, plus de 50 millions de bouillons ont été servis.

Bouillon Chartier, 7 rue du Faubourg Montmartre à Paris
Bouillon Chartier, 7 rue du Faubourg Montmartre à Paris (Bouillon Chartier)

Thierry Marx, dans L’Histoire à la Carte, évoque aussi la concurrence entre les bouillons, notamment avec le "Bouillon Germain". La recette qu’il propose est bien sûr celle du bouillon.

La recette du bouillon par Thierry Marx

Ingrédients : un morceau de paleron de 1 à 1,5 kg, 5 litres d’eau, 1 poireau entier vert et blanc, 1 gros morceau de navet, 1 morceau de céleri, 1 oignon piqué de clous de girofles.

Préparation : Mettre les ingrédients dans l’eau, faire cuire 3h et demi à 4 heures. Servir la viande avec moutarde et gros sel, et dresser les légumes ; arroser le tout avec le bouillon. On peut aussi profiter du bouillon seul en entrée.

Vous êtes à nouveau en ligne