AUDIO. L'expérience Vendée Globe : jour 2

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Seize micros embarqués à bord de Linkedout, le bateau de Thomas Ruyant. Une installation de l'artiste Molécule qui offre une première mondiale : raconter le tour du monde à voile par l'audio. À vivre tous les jours de la course sur franceinfo.

Latitude 44 degrés 39 minutes nord, au large du cap Finisterre.

Depuis le départ de la course, Thomas Ruyant emprunte la trajectoire la plus au nord, la plus difficile aussi, cap résolument à l'ouest. La grande majorité des skippers n’a pas retenu cette option. La route plus au sud est la plus populaire, pile entre le Dispositif de séparation de trafic (DST) du Finisterre et la terre portugaise. Les voiliers à dérive sont là et occupent les premières places du classement.

Avec Linkedout, Thomas Ruyant et d’autres foilers dernière génération font le pari de la difficulté : un investissement sur les prochains jours qui devrait donner des positions en tête de la course. La stratégie consiste à traverser le vaste front dépressionnaire en circulation dans l'ouest sur son versant le plus hostile. Une mer désordonnée, des creux de trois à cinq mètres pour toucher les vents nord-ouest propices à la bifurcation plein sud. C’est cette séquence qui anime le carnet de bord sonore du jour de Molécule. Si tout va bien, Thomas n’aura plus qu’à déhaler pour donner au bateau sa pleine vitesse.

Mais dans ces premières heures de course qui ont vu Fabrice Amedeo revenir aux Sables pour réparer, la préservation du matériel est la première des préoccupations sous la pluie et dans des conditions déjà très rude. Un des favoris de la course, Jérémie Beyou sur Charal, aurait percuté dans la nuit lundi un objet flottant non identifié qui a endommagé son safran. Dès que les conditions seront plus clémentes, les uns et les autres pourront procéder aux réparations nécessaires, mais la fenêtre météo sera courte avec un nouveau front annoncé jeudi soir.

L’Expérience Vendée Globe :

Voix et prise de son : Molécule

Rédaction en chef : Eric Valmir

Vous êtes à nouveau en ligne