Pour s’occuper en plein confinement, un garçon de 6 ans fouille son jardin et tombe sur un fossile vieux de 500 millions d’années

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Siddak Singh, confiné avec ses parents à Birmingham, a utilisé le kit d’archéologie pour débutant reçu à Noël et a découvert de nombreux fossiles, dont un de corail, sous la terre du jardin familial.

Une histoire fait le bonheur des pages "insolites" des journaux anglais.


 Du Guardian au Daily Mail, les journaux britanniques affichent la photo du petit découvreur, un visage rond dont le sourire trahit la disparition récente de deux dents de lait, tenant dans la main son trophée : un petit fossile en forme de corne. Siddak Singh, 6 ans, l’a trouvé dans son jardin, à Walsall, dans la banlieue de Birmingham en Angleterre, alors qu’il cherchait des éclats de poterie, puisque c’est ce que conseillait la notice du kit d’archéologie pour débutant qu’il a reçu à Noël. A l’intérieur : brosses, pinceau et grattoir, rudimentaires bien sûr, mais suffisants quand on a 6 ans.  

De l'aide d'un groupe Facebook

Confinement oblige, Siddak a choisi le jardin du petit pavillon familial comme terrain de fouille. Et à force d’enlever des couches et des couches de glaise, il est tombé sur un caillou de forme curieuse, qu’il a rapidement identifié comme étant un fossile. "J’ai trouvé que cette pierre ressemblait à une corne", dit-il au quotidien The Guardian. Je me suis dit que ça pouvait être une griffe, ou une dent. Mais en fait, j’ai appris que c’était un morceau de corail Rugosa ! Je suis tellement content de savoir enfin ce que c’est !"

C’est en soumettant la photo avec l’aide de son père sur un groupe Facebook de spécialistes qu’il a obtenu la réponse : son fossile est un Rugosa, autrement appelé Tetracoralla. L'espèce,  aujourd’hui éteinte, existait en abondance au paléozoïque, ère qui s'étend de - 540 à - 250 millions d’années. Ou comment faire un sacré voyage dans le temps. Siddak et son père ont ainsi appris qu’il y a 500 millions d’années, donc bien avant les dinosaures, l’Angleterre était en partie immergée et que la vie marine y grouillait sous des tas de formes disparues aujourd’hui.  
 
Fort de sa découverte, l'apprenti paléontologue a continué les jours suivant de creuser, brosser, fouiller, mettant la main sur d’autres merveilles : mollusques, coquillages, et même tentacule de calamar préhistorique. Découvertes d’autant plus inattendues que cette partie de l’Angleterre n’est pas spécialement connue pour ses fossiles. Comme quoi, il suffit d’un peu d’imagination, celle débordante d’un enfant, pour être surpris, transporté, à l’image de Siddak dont la curiosité a permis de montrer à ses parents, lassés par le confinement, que l’évasion était là, à leurs pieds, une plage cachée sous l’herbe de leur petit jardinet.

Vous êtes à nouveau en ligne