Margarita Del Val, la virologue qui appelle les Espagnols à tenir bon face au Covid-19

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Spécialiste de la réponse immunitaire et membre du conseil scientifique espagnol, Margarita Del Val a passé un message d’espoir mercredi lors d’une vidéo conférence, rappelant aux Espagnols que : "Oui, ce sera long, mais tout cela aura une fin."

Quand retrouvera-t-on une vie normale ? De quoi le futur sera fait ? En 2020, pour répondre à ces questions, c’est aux scientifiques que l’on fait appel. Chaque pays a son épidémiologiste star, et en Espagne, c’est une virologue, spécialiste de la réponse immunitaire et figure du conseil scientifique : Margarita del Val. À 61 ans, elle est la voix que l’on écoute.

Généralement, elle affiche plutôt son scepticisme, sur l’efficacité réelle des couvre-feux par exemple, ou sur l’espoir d’une disparition du virus à Noël. Mais mercredi, c’est elle qui a redonné un peu d’espoir au milieu du marasme, comme le rapporte le Huffington Post España. Lors d’une conférence organisée par la Fondation Pablo VI, elle a laissé de côté chiffres, tableaux et langage technique pour parler simplement et dire ces mots précieux : "Oui, on va s’en sortir. C’est comme les examens de fin de l’année, dit-elle, la préparation est angoissante, terrible et puis finalement, ça se termine, comme une grossesse, on se sent mal, mais ça se termine, eh bien, là aussi, ce sera long mais tout cela aura une fin."

On s'en sortira par l’immunité, soit naturellement, soit grâce à un vaccin, avec une préférence pour ce dernier vue la faiblesse des anticorps développés naturellement contre le Covid-19

Margarita Del Val, virologue

Conférence à la Fondation Pablo VI

On dirait les mots réconfortants d’une grand-mère à ses petits-enfants, celle qui en a vu d’autres mais qui verbalise ce que tout le monde a besoin d’entendre. D’autant qu’à la différence de la grand-mère, Margarita Del Val peut expliquer scientifiquement comment s’en sortir : "Par l’immunité, dit-elle, donc soit naturellement, soit grâce à un vaccin, avec une préférence pour ce dernier vue la faiblesse des anticorps développés naturellement contre le Covid-19."

En bonne scientifique, elle temporise : non, le vaccin ne fera pas disparaître le virus immédiatement, non, il ne sera pas efficace dès sa première version, et non, on ne l’aura pas demain. Ça fait beaucoup de "non", c’est vrai. Mais dans ce moment où tous les gouvernements naviguent à vue, avoir une petite perspective, un espoir, même lointain, se dire que c’est catastrophique et contraignant mais temporaire, c’est rassurant. C’est aussi parce que l’on croit en un message, parce que l’on a confiance, que l’on accepte de suivre une procédure et que l’on agit, ensemble. En Espagne, en France et ailleurs.

Vous êtes à nouveau en ligne