L'étoile du jour. "Pas lui" : une députée brésilienne tente d'empêcher l'élection de Jair Bolsonaro

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Coup de cœur ou coup de griffe : tous les matins, Marie Colmant distribue ses bons points. Aujourd'hui, Maria de Rosario, députée brésilienne qui refuse la probable élection de Jair Bolsonaro à la présidentielle de dimanche.

"L'Étoile du jour" est une députée brésilienne, qui tente de contrer l'élection de Jair Bolsonaro à la présidentielle dimanche 28 octobre. Et si on parle ce matin de Maria do Rosario, c'est qu'elle a une particularité : elle est moche. Selon Jair Bolsonaro, elle est même tellement moche qu'elle ne mérite pas d'être violée. C'est en ces termes que le candidat s'adressait en 2003 à celle qui était alors députée communiste avant de rejoindre le parti des travailleurs. Et puis il avait recommencé une nouvelle fois en 2014, Maria do Rosario était à l'époque ministre des Droits humains, nommée par Lula. Elle porte plainte et Bolsonaro est condamné. Aujourd'hui, avec l'élection probable de Jair Bolsonaro dimanche prochain, Maria do Rosario est inquiète, très inquiète de voir remonter les violences contre les femmes dans un pays qui occupe une sinistre première place : 4 800 femmes assassinées, 60 000 femmes violées pour la seule année 2017.

Le mouvement #EleNao est né

Les déclarations de Bolsonaro ont en effet de quoi inquiéter les femmes brésiliennes en général. En parlant de ses enfants, le candidat parle de ses fils avant de dire, en rigolant, que pour le dernier de ses enfants, il a eu un coup de moins bien et que ça a donné une fille. Bolsonaro qui, sur le sujet, coche toutes les cases, est également farouchement opposé à l'avortement, la contraception, mais aussi, au principe du travail égal, salaire égal. Mais, pour dire la vérité, il est plutôt opposé au travail des femmes, en général qui feraient mieux de rester à la maison, pour faire des gosses. Là, on est au bord de La Servante écarlate.
Maria do Rosario et les femmes brésiliennes se sont mobilisées depuis le mois de septembre contre le candidat Bolsonaro avec un hashtag en forme de mot d'ordre : #EleNao, (pas lui). On estime aujourd'hui à près de 80% le pourcentage de femmes brésiliennes contre le Trump brésilien. Ce qui n'est pas rien, puisque les femmes brésiliennes représentent plus de 52% des électeurs. Est-ce que ce chiffre sera suffisant pour faire basculer une élection ? Réponse dimanche.

Vous êtes à nouveau en ligne