L'empire des séries. "Normal People", l'éducation sentimentale aujourd'hui

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Normal People", l'adaptation du roman de Sally Rooney met en scène de façon naturaliste l'amour complexe et parfois toxique de deux lycéens jusqu'à l'université. Une série sensible, pudique et tendre, disponible sur la plateforme Starzplay. Une série qui évoque autant Éric Rohmer que François Truffaut.

Normal People est une série tendre, belle, délicate et pudique autour de l’amour.

Les "gens normaux" du titre, ce sont deux lycéens. Marianne, solitaire brillante, fille d’une famille bourgeoise, et Connell, sportif, intelligent, issu de la classe ouvrière. Sa mère fait le ménage dans la maison de la première. Ils éprouvent des sentiments l’un pour l’autre, c’est l’heure de la découverte des corps, de la sexualité qui va les libérer, mais leur relation n’est pas simple. Elle est même parfois toxique. La série les suit sur plusieurs années, du lycée, de la petite ville irlandaise de Sligo, jusqu’à l’université de Dublin.

Une série naturaliste

On a l’habitude de voir les amours adolescentes dépeintes de façon comique ou provocatrice dans les séries comme Sex Education ou Euphoria. Ici, c’est l’opposé. La série a tout du naturalisme, n’offre aucun voyeurisme. On pourrait presque dire que c’est du Éric Rohmer. La complexité des rapports humains est à l’œuvre. L’un des personnages découvre le plaisir qu’il peut éprouver dans des rapports sado-masochistes.

Normal People est l’adaptation d’un roman d’une jeune auteure à succès, irlandaise, qui a 29 ans, Sally Rooney. Son premier livre écrit à la fac, racontait l’amitié entre deux amies qui rentraient dans la vie d’un couple marié. Normal People est son second roman. Il s’est déjà vendu à 500 000 exemplaires aux États-Unis. La presse appelle son auteure, la porte-parole de la génération des millennials. Elle se déclare, dans ses interviews, surtout marxiste et féministe. Le fait est qu’elle sait dépeindre avec finesse les égarements d’une génération un peu paumée. Qui a du mal à s’engager dans des sentiments. Pour qui le sexe permet juste parfois de se trouver.

L'auteure à succès Sally Rooney, adapte elle-même son roman en écrivant la moitié des épisodes

Elle a mis la main à la pâte dans cette adaptation en écrivant six des 12 épisodes. En choisissant avec soin les deux jeunes acteurs, dont l’un sort à peine de l’école d’art dramatique. Pour les scènes nombreuses de nudité pourtant pudiques, on a fait appel à un conseiller d’intimité afin de rendre au mieux les écrits de la romancière. La caméra aime s’attarder sur les nuques, les cous, on pense à François Truffaut losqu’il tourne son film La Peau douce.

Au final, une sorte d’Education sentimentale romanesque et lucide, crue mais respectueuse, un portrait vibrant des amours d’aujourd’hui.      

Vous êtes à nouveau en ligne