L'empire des séries. "Le Grand Bazar", la famille recomposée au quotidien sur M6

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Après "Le Nom des Gens", Baya Kasmi écrit et réalise une série drôle, contemporaine sur les familles recomposées : "Le Grand Bazar", la série en six épisodes diffusée sur M6, apporte de la fraîcheur dans les comédies françaises. 

À Bagnolet, aux portes de Paris, Samia Bensaïd, avocate d’affaires, et Nicolas Rousseau, sage-femme à l’hôpital public, refont leur vie ensemble. Ils ont chacun des enfants de leur précédent mariage, qui ne s’entendent pas forcément entre eux, des ex envahissants, et des parents qui les soutiennent plus ou moins. 

Les batailles fusent : autour du prénom de leur futur bébé, entre les beaux-parents. La nouvelle série de M6 Le Grand Bazar raconte avec acuité et malice la vie d'une famille recomposée d’aujourd’hui.

La série est servie par deux excellents acteurs principaux

Nailia Herzoune découverte dans le film de Grand Corps Malade, Patients, et Grégory Montel qui jusqu’ici, incarnait dans Dix pour cent l’agent le plus tourmenté. Si la série Le Grand Bazar fait mouche, c'est qu’elle est coécrite et réalisée par Baya Kasmi qui avait remporté déjà le César du meilleur scénario pour le film Le Nom des gens, réalisé par son compagnon, Michel Leclerc. Les deux ont le don d’infuser de la vie d’aujourd’hui dans l’univers des séries françaises qui reflètent peu la diversité de la population.

Généralement les gens issus de l'immigration sont héros de polars, rarement de comédies légères

Baya Kasmi, réalisatrice du "Grand Bazar"

franceinfo

Baya Kasmi explique  : "On a écrit ça en essayant d’écrire vraiment ce qu’on avait envie de voir à la télévision. Généralement, les gens issus de l’immigration sont sous représentés dans les fictions de comédies légères dont le sujet n’est pas la mixité. C’est ce qui est important dans cette série : ce n’est pas le sujet, ils sont juste là tels qu’ils sont."

On voulait divertir avec beaucoup de gags

Baya Kasmi, réalisatrice du "Grand Bazar"

Avec sa succession de gags, Le Grand Bazar fait penser à une série comme Scènes de Ménage, mais sur le long cours. Baya Kasmi explique : "Je ne connais pas bien Scènes de Ménage, il y a quelque chose de très différent. Nous, on est sur une fiction qui n’est pas composée de sketches. Mais par contre, les gags, j’aime ça. Il y avait à la fois l’envie de faire une comédie moderne et de parler à la famille."


On peut très facilement se reconnaître dans Le Grand Bazar ou reconnaître ses amis, car la série sonne juste, et c’est cela qui fait mouche.

Vous êtes à nouveau en ligne