L'empire des séries. "I May Destroy You", portrait décoincé d'une génération de millennials

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans "I May Destroy You", Michaela Coel incarne une jeune femme d'aujourd'hui, influenceuse à succès, qui est victime une nuit d'une agression sexuelle. La série légère aborde avec sérieux pourtant le thème du consentement sexuel.

Arabella est une twitteuse noire à succès, porte parole d’une génération. Les jeunes femmes la remercient dans la rue pour ses bons mots. Un soir de panne sèche dans l’écriture d’un livre qu’elle doit rendre vite, elle retrouve des amis dans un bar. Le lendemain, chez son éditeur, elle a une cicatrice au front, des bleus sur le corps, son téléphone est ébréché. Des flashes de souvenirs émergents, que s’est-il passé ?   

Le consentement sexuel en question

Le consentement sexuel est au cœur de cette série britannique contemporaine, funky et drôle, I May Destroy You. 12 épisodes qui forment le portrait sans fausse note d’une génération accro au téléphone et à toutes sortes de drogues et d’amusements. On y parle du consentement sexuel sous toutes ses formes, même dans une chambre à coucher. La série dresse aussi le portrait d’une bande d’amis : un jeune gay qui passe son temps sur des applications de rencontres, et une bonne copine actrice qui rate tous ses castings pour des publicités. 

Il doit y avoir quelque chose avec les auteurs femmes britanniques de série aujourd’hui. Elles sont franchement farouches, naturelles et libérées. On avait parlé de Phoebe Waller Bridge qui écrit le prochain James Bond. L’auteur de I May Destroy You a tout autant de culot : elle s’appelle Michaela Coel. Elle a 32 ans.  Elle a suivi la vénérable école Guildhall d’acteurs à Londres ; C’est là qu’elle avait imaginé sa première pièce devenue série, Chewing-Gum. Déjà, les aventures d’une jeune londonienne qui faisait l’apprentissage de la sexualité.

Michaela Coel, actrice principale et auteur

Dans I May Destroy You, Michaela Coel dirige, écrit et incarne le personnage principal, perruque rose sur sa tête noire, avec une force et une fraîcheur naturelle. Cette série a un point de départ autobiographique. Michaela s’est elle-même fait agresser par un groupe d’inconnus, après avoir été droguée, un soir, la veille d'une remise de textes pour une série.  

I May Destroy You donne à éprouver de façon subjective les conséquences d’un tel acte sur une femme ou sur un homme, la difficulté de se reconstruire, mais cette série n’a rien de glauque, elle aborde frontalement d’autres thèmes, comme la représentation de soi sur les réseaux sociaux. Dans ses interviews, Michaela Coel, pense qu’on pourra étudier sa série et ses personnages dans l’avenir, comme témoignage d’une génération. Et elle a raison : son pari est réussi, haut la main.

I May Destroy You, une série en 12 épisodes de 30 minutes, disponible sur OCS.

Vous êtes à nouveau en ligne