L'empire des séries. Game of Thrones, l'histoire d'une série devenue culte

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Game of Thrones" entame son ultime saison. Le premier épisode de la saison 8 est diffusé dans la nuit de ce dimanche à lundi simultanément aux Etats-Unis et en France sur la chaîne OCS.

Avec ses rois qui se battent pour un trône, son ultra violence crue, ses scènes dénudées, ses dragons et sa cinématographie bluffante, la série Game of Thrones est devenue en huit ans un phénomène dans le monde de la télévision, sous la houlette à la fois de son auteur, George RR Martin, et du show runner David Benioff. 16 millions de téléspectateurs aux Etats-Unis en moyenne pour chaque épisode de la 7e saison, sans compter les millions de téléchargements illégaux. Un budget pharaonique pour une série télé de près de 100 millions de dollars.

La chaîne américaine HBO lance cette série d’héroic fantasy en 2011

Une série avec chevaliers, rois, dragons et morts vivants. Au départ, l’adaptation d’une saga de George RR Martin qui se vendra à 70 millions d’exemplaires. Le romancier s’inspire des Rois Maudits, comme l'explique Ava Cahen, auteur de Game of Thrones décodé (éditions du Rocher).

"Il se passionne absolument pour l’histoire de France et l’histoire d’Angleterre, la guerre des Deux-Roses, la guerre de Cent Ans. Les rois maudits, c'était son livre de chevet dans son enfance. Et c’est ce qui a donné naissance à ses romans, à Game of Thrones notamment : on sent bien ces grandes dynasties qui se font la guerre, ces luttes de pouvoir, ces Machiavels en puissance, l’éloge du calcul dans la série aussi, qui ajouté des moyens artistiques et qui a rendu la guerre saisissante de réalisme. Tout d’un coup, cela devient Le Seigneur des anneaux".  

La saga est réputée difficile à adapter en raison du nombre d’intrigues, familles et sous intrigues

Mais David Benioff qui a écrit le film Troie s’y attelle avec succès. La série a une double lecture : une série d'aventure médiévale, mais aussi une série politique dans laquelle on peut décoder les forces en puissance au regard de l’actualité. Ainsi, selon Ava Cahen, "le personnage de Cersee Lannister est à la fois Trump, Poutine et Bolsonaro. Dans la série, il y a une menace incarnée par les marcheurs blancs qui est finalement une allégorie du réchauffement climatique. Elle fait partie de ces puissants qui sont complètement aveugles et sourds face à cette menace".

La série, crue, a déjà tué 154 000 personnages. Pour cette huitième et ultime saison, la chaîne annonce la plus grande bataille de 40 minutes jamais filmée pour le petit écran. La série s’achève alors que George RR Martin n’a toujours pas terminé sa saga. Nul doute que Game of Thrones prendra la suite de Star Wars dans la mythologie moderne.             

Vous êtes à nouveau en ligne