L'empire des séries. "Dark Crystal", les marionnettes de Jim Henson reviennent sur Netflix

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Prouesse technique, la série fantastique "Dark Crystal, le temps de la résistance" est le prequel ou antépisode du film de Jim Henson en 1982. 

Amateur du film original, le réalisateur français Louis Leterrier reprend les personnages dans une série en 10 épisodes qui oscillent entre angoisse et beauté.

En 1982, Jim Henson, le créateur du Muppet Show surprenait avec un film d’héroic fantasy angoissant, entièrement fabriqué avec des marionnettes. Dark Crystal racontait le parcours sur la planète Thra des deux seuls survivants d’un peuple exterminé par une espèce de corbeaux géants. Des corbeaux qui avaient confisqué un mystérieux bloc de cristal mauve.   

Le film de Jim Henson a changé ma vie

Louis Leterrier, réalisateur de la série "Dark Crystal, le temps de la résistance"

franceinfo

25 ans plus tard, Netflix reprend le concept et les marionnettes dans une série en 10 épisodes. L’initiative d’un français : Louis Leterrier, le réalisateur du Transporteur et de L’Incroyable Hulk. En 1982, 5 ans après Star Wars et sa marionnette Yoda, le film de Jim Henson lui avait  donné envie de faire du cinéma.

"J'étais absolument terrifié par l’univers, le look et vraiment par les monstres. Ce film a changé ma vie. Cette fois je comprenais. J’ai 10 ans, j’avais vu Star Wars et je ne comprenais pas comment ces vaisseaux spatiaux volaient, comment les sabres lasers fonctionnent même si je sais qu’il s’agit d’effets spéciaux. Par contre, Dark Crystal, on comprend que ce sont des poupées, que c’est réel. Et quand je rentre chez moi, je prends mes peluches, j’en fait des marionnettes, je vole la caméra super 8 de mon père et je commence à faire des petits courts métrages".    

Même si j'ai tourné beaucoup de films avec des effets numériques, ces marionnettes m'avaient manqué

Louis Leterrier, réalisateur de "Dark Crystal, le temps de la résistance"

franceinfo

La série Dark Crystal, le temps de la résistance raconte ce qui précède le film. L’arrivée de l’obscurcissement, la lutte de corbeaux géants aux dents pointues contre le peuple paisible des Gelfling. Elle conserve l’esthétique végétale du film, son univers mystique, ses personnages qui peuvent partager des souvenirs par télépathie.

Une série à la fois drôle et parfois angoissante

"Tout ça m’avait manqué, poursuit le réalisateur, j’avais grandi avec ces marionnettes qui avaient disparu. On a tourné la série comme un film normal, sauf que nos acteurs ne portaient pas un costume mais avaient la main tendue au-dessus de leur tête et portaient des marionnettes. Je voulais me ré-inspirer du thème et du ton du film original, mettre vraiment nos personnages en danger, c’est une série familiale, mais je voulais qu’on passe de la comédie au drame, de l’action à l’horreur".  

Une série en 10 épisodes à la fois écologique et effrayante, comique et belle. Une prouesse, à l’heure où l’image de synthèse virtuelle a envahi nos écrans.       

Vous êtes à nouveau en ligne