Ségolène Royal, l’élégance de la perdante

Ségolène Royal apporte son soutien à François Hollande. L’ancienne candidate du PS à la présidentielle lance un appel à voter massivement dimanche pour donner force et légitimité à François Hollande. Une prise de position inattendue,

Ségolène Royal avait été très dure, vis-à-vis de François Hollande durant cette campagne.
Elle avait fustigé son inaction, elle l’avait qualifié de notable.
Et même si l’ancienne candidate avait été moins agressive , ors des débats du premier tour, son soutien direct à François Hollande paraissait difficile.

Mais c’était aussi le même cas de figure envers Martine Aubry.

Il y a le Congrès de Reims entre les deux femmes.
Ségolène Royal a longtemps considéré que le camp aubryste lui avait un peu soufflé la victoire.
Et si Ségolène Royal pensait créer la surprise en se qualifiant au second tour, c’était bien aux dépens de l’ancienne première secrétaire.

Et Ségolène Royal a surpris tout le monde, en soutenant clairement et franchement François Hollande.

Sa déclaration écrite et sans équivoque.
Non seulement Ségolène Royal estime qu’il est légitime d’amplifier l’avance de François Hollande, arrivé en tête au premier tour, mais elle lance un appel à un vote massif en faveur de François Hollande.

François Hollande dont les soutiens sont on ne peut plus ravis ce soir, à quelques heures du débat entre Martine Aubry et François Hollande.

Il n’était que de voir leur sourire dans les couloirs de l’assemblée.
Et surtout quand un pro-Hollande croise un pro-Royal, comme lors de cet échange recueilli par Germain Treille, entre Pierre Moscovici, coordinateur de la campagne du finaliste, et le porte parole de Ségolène Royal, Guillaume Garot qui justifie ce ralliement à François Hollande.

Gauche Garot : « si les français l’ont choisi pour être en tête du premier tour, notre devoir était de le soutenir pour le second. Pour lui donner toute l’ampleur, toute la puissance nécessaire pour une victoire nette dimanche.
P Moscovici : les mots que tu utilises sont les mots que j’ai utilisés moi-même. D’abord souligner l’élégance, parce que c’est vrai que ce n’est pas une décision facile. Je crois que c’est important parce qu’elle a été la candidate du PS en 2007 et ça représente quelque chose. Ça pèse. Ça compte. Et puis il y a aussi la responsabilité, si on est ensemble, ça permet qu’après une belle primaire, il y ait une belle victoire. La belle victoire, c’est un beau rassemblement. Et le beau rassemblement des socialistes, c’est un gage pour la victoire en 2012. Y’a que ça qui nous intéresse. Y’a pas de combat entre socialistes, nous ne sommes toujours pas d’accord sur tout. Mais nous sommes d’accord sur l’essentiel, c’est le rassemblement, le rassemblement, la force, l’élan pour gagner. »

Car après ceux de Manuel Valls et Jean Michel Baylet, le ralliement de Ségolène Royal légitime le costume de rassembleur que veut porter François Hollande.

Et pour Martine Aubry, c’est un coup dur ?

Sans doute, et ses supporters insistent sur un choix personnel de Ségolène Royal.. comme s’ils pensaient que ses troupes ne la suivront pas.
Argumentaire d’Olivier Dussopt, porte parole de campagne de Martine Aubry,

« Ségolène Royal a pris une décision personnelle qui est de soutenir François Hollande, et Martine Aubry respecte cette décision. Martine Aubry depuis el début de cette campagne a porté des thèmes très proches de ceux de Ségolène Royal et de Arnaud Montebourg, Ségolène notamment a porté le thème de la transition écologique. Elle a porté la question des contrôle des licenciements, la question de la régulation bancaire. Martine Aubry porte ces thèmes là. Donc nous abordons le deuxième tour de cette primaire avec confiance, avec la dynamique des résultats du premier tour, et nous nous adressons aux français et aux françaises qui ont participé à cette primaire, et nous leur disons que Martine Aubry est la candidate la plus à même de porter ce changement fort et la plus à même aussi de rassembler l’intégralité de la famille politique et l’intégralité de la gauche, ce qui est important pour battre Nicolas Sarkozy l’année prochaine. »
Il reste encore une inconnue, c’est l’attitude d’Arnaud Montebourg.

Monsieur 17% a listé ses desiderata par écrit, et attend le débat de ce soir pour décider.
Mais Ségolène Royal a pris les devants, elle estime que ses solutions neuves seront prises en compte, comme la réforme bancaire, la lutte contre les licenciements boursiers, la moralisation de la vie politique et la mutation écologique de l’économie... autant d’affirmations qui rectifient le profil un peu trop droitier de François Hollande.

Vous êtes à nouveau en ligne