Une voiture totalement "made in France" : c'est possible ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le "made in France" fait beaucoup espérer, mais aussi beaucoup fantasmer.

Dans le secteur automobile, l'idée d'une voiture totalement française, conçue en France, construite en France, avec ses principaux composants (sauf peut-être le boulon-rondelle) fait très envie. Par fierté nationale, mais surtout pour tout ce que cela voudrait dire sur l'efficacité de notre industrie et sur l'emploi.

L'utopie d'une voiture 100% française

De plus en plus, la voiture est un assemblage d'organes, de composants, qui – forcément, à un moment ou à un autre – viennent d'un fournisseur étranger. Nous avons la manie de nous comparer à l'Allemagne, et c'est vrai que l'Allemagne possède un tissu industriel  plus dense. Il est encore possible, en Allemagne, de voir des voitures, non seulement faîtes sur place, mais aussi avec des composants issus quasiment à 100%, d'entreprises allemandes. La France ne peut plus prétendre à cela.

Nous n'en sommes pas au stade de pays comme l'Espagne, ou la Grande-Bretagne, où il n'existe plus de constructeurs nationaux (par exemple : Rolls Royce et Bentley sont allemands et non plus anglais). Ces pays sont devenus des "usines" pour les groupes automobiles étrangers. Mais le tissu industriel de la "France automobile" est devenu un gruyère plein de trous ! Il y a des lacunes dans les compétences, et dans les industries, qui sont nécessaires à la construction d'une voiture, dans sa totalité. L'électronique par exemple: sur les pistons, le travail de l'aluminium, la France n'a plus les savoir-faire ; ni les industries locales.

Situation difficile mais pas du tout désespérée

Il est vrai que les constructeurs français construisent  deux fois et demi moins de voitures, en France, qu'il y a 13 ans. Mais la production recommence à augmenter. Et certains équipementiers français marchent très bien : Valeo,  Faurecia, Plastic Omnium. Au top de la technologie, ils ont des clients dans le monde entier. Y compris les constructeurs allemands !

Et puis, il y a des initiatives. Aujourd'hui, se tient le Conseil stratégique de la filière automobile. Une réunion au plus haut niveau pour coordonner, amplifier les initiatives, et l'innovation dans le secteur automobile. Et favoriser le travail des petites et moyennes entreprises de l'automobile, très innovantes en France.

Vous êtes à nouveau en ligne