Sous Vichy, les voitures étaient confisquées pour approvisionner l'armée

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En ce 8 mai de souvenir de la capitulation de l'Allemagne, retour sur un épisode méconnu de la Seconde guerre mondiale : les réquistions des voitures de particuliers.

Juste après la Seconde guerre mondiale,  la France connaît la pénurie. De Gaulle lance un programme d'indemnisation des voitures réquisitionnées. Il est mis en oeuvre par la Commission des réparations.

Voitures réquisitionnées, confisquées ou détruites par les combats

A cette époque, le gouvernement demande au magazine L'argus d'évaluer le prix de ces voitures qui ont été confisquées ou détruites.
Qui sont les Français qui vont pouvoir demander une indemnisation ?
Ceux dont l'automobile avait été réquisitionnée par l'armée mais aussi ceux dont la voiture avait été détruite lors de combats.

Et puis ceux – cela se sait moins – dont la voiture avait été "confisquée", par le gouvernement de Vichy : en 1942, Pétain avait obligé les propriétaires de voitures de plus de 20 ans à "donner" leur voiture à l'Etat français. Pourquoi ? Pour récupérer des métaux, afin de construire du matériel militaire. 

En échange, ces automobilistes étaient prioritaires pour acheter une nouvelle voiture mais étant donné que la production était quasi arrêtée, les propriétaires se sont fait avoir.

Des réquisitions pour récupérér le métal

Qui avait réquisitionné des voitures, pendant la Guerre ? Les Allemands sous l'Occupation à partir de 1940. Le "gros" des voitures réquisitionnées l'ont été par l'armée française au début de la guerre dès 1939.

Très vite, l'armée française s'était rendue compte qu'elle n'avait pas assez de voitures. Tous ces propriétaires de voitures recevront donc une indemnisation mais finalement pas très haute.

En Bref...

Une innovation "magique", chez Nissan : une peinture de carrosserie qui a la particularité d'être auto-nettoyante. Ca ne veut pas dire que votre voiture va faire sa toilette toute seule mais, pendant que  vous roulez, les projections d'eau et de boue, en provenance de la chaussée, vont glisser sur la peinture, et s'éliminer au fur et à mesure grâce à un vernis spécial. Nissan envisage de commercialiser un jour cette peinture.