Smart Fortwo : pas tellement mieux qu'avant !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Essai de la petite star des villes : la nouvelle génération de Smart à deux places, "Fortwo". Une voiture qui attire un peu moins la sympathie. Et, sur le fond, les progrès restent timides.

La petite Smart n'a plus son air souriant, cet aspect "jouet" qu'elle affichait sur les deux premières générations : elle se prend davantage au sérieux. Heureusement, elle n'a pas grandi : toujours 2,70 m de long – comme sa devancière ; mais c'est 20 cm de plus que la toute première Smart ! En revanche, elle n'impose plus la boîte automatique : vous pouvez avoir une boîte classique, manuelle. Et elle se veut un peu plus confortable mais elle demeure assez raide sur ses suspensions, ses sièges ne sont pas spécialement agréables, au ralenti, des vibrations mécaniques se propagent à tout le plancher de la voiture et le niveau sonore du moteur reste trop élevé.

Toujours aussi douée pour la ville

En ville, maniabilité, rayon de braquage ultra court, moteur vivant, tonicité : tout cela fait plaisir. Mais, sur la route, elle demeure une voiture pas spécialement stable, un peu délicate sur chaussée glissante et pas très stable au freinage : les de ralentissements vigoureux à plus de 100 km/h, elle a du mal à carder son cap. Pourtant, .tout est nouveau : nouveau châssis, partagé avec la Renault Twingo, nouvelles suspensions.

Vocation strictement urbaine

Le plus étonnant provient de la consommation : quasi impossible de descendre en-dessous de 6 litres, en ville – même en conduisant très, très doucement. C'est beaucoup trop, pour une toute petite voiture ; dont la vocation est strictement urbaine. Quant aux prix – à partir de 9.990 € – il est en légère baisse, par rapport à l'ancienne Smart. Et l'équipement de série a été revu à la hausse : assistance de direction, et cinq airbags, dès l'entrée de gamme. Mais la note devient salée, si vous prenez des options.

Vous êtes à nouveau en ligne