SAV : que faire quand vous êtes pris en tenaille entre constructeur et garagiste ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les problèmes d'après-vente ne sont jamais simples. Mais lorsque vous avez deux interlocuteurs en face de vous, tout devient franchement compliqué.

Vous tombez en panne, avec votre voiture. Déjà, pas de chance !

Mais les choses peuvent prendre un tour très compliqué, notamment lorsque vous avez deux interlocuteurs, en face de vous ; et que chacun se "renvoie la balle".

Par exemple, l'histoire de Raffi.

Raffi est chauffeur de taxi ; il possède une Mercedes 350 diesel – une voiture qu'il a payée plus de 70.000 €.

A 150.000 km, fuite d'huile. Il va dans une concession Mercedes ; on lui dit qu'il faut changer une pièce ; mais une pièce qui n'est pas en stock ; et que, sans inconvénient, il peut continuer à rouler. La pièce arrive : une pompe à vide, de freinage.

Et là, le concessionnaire lui dit qu'il faut – aussi – changer une autre pièce : un radiateur d'huile.

Et, pendant la réparation, le garage l'appelle : en fait, le moteur est cassé. Irrécupérable.

Pas de réparation possible ; et un concessionnaire qui botte en touche

Le concessionnaire se défausse sur le constructeur : la panne n'est pas dus à son intervention ! Pourtant, sa voiture, Raffi l'a amenée, en roulant ! Elle roulait !

Donc, de deux choses l'une : ou le concessionnaire a raté sa réparation ; et c'est à lui de payer les dégâts ; ou le moteur, par coïncidence – mais pourquoi pas ? – a cassé juste au moment où la voiture était en atelier.

Et cette avarie tout à fait anormale est due au constructeur, à Mercedes : et une casse moteur, à 150.000 km, c'est un défaut caractérisé.

Mais, dans tous les cas, ce n’est pas au client de faire les frais de cette immobilisation. L'ennui, dans ce genre de situation, c'est que l'automobiliste se trouve dans une sorte de triangle ; où il y a deux responsables "possibles" : le concessionnaire ; et le constructeur. Ils se rejettent la faute et le client regarde passer les coups ; mais il n'obtient rien !

Dans ce cas, il faut convoquer un expert. Et poursuivre seul, si personne ne bouge

L'expertise a été faite ! D'ailleurs, étrangement, Mercedes évidemment convoqué ne s'y est pas rendu.

Actuellement, la voiture de Raffi est complètement démontée ; chez le concessionnaire. Avec un moteur – déposé ; et cassé !

Et rien ne se passe !

Si : le garage lui réclame des frais de gardiennage, pour sa voiture !

Et, pendant ce temps, Raffi est obligé de louer une voiture pour travailler : 100 €, par jour !!

Mon conseil : quand vous êtes pris en "tenaille", entre un constructeur et un garage, et qu'aucun des deux ne veut payer, n'hésitez pas à convoquer – vous-même – un expert ; et poursuivez ensuite votre action, devant les tribunaux – même si vos "interlocuteurs" ne bougent pas !

C'est la seule manière d'être remboursé – y compris pour tous les frais annexes, causés par la panne.