Paris : les diesels récents resteront autorisés

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Revenons sur les perspectives concernant le diesel et notamment l'interdiction programmée des diesels dans Paris, dans 5 ans. Les choses ne sont pas aussi catégoriques, finalement...

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ça avait été une déclaration fracassante de la Mairie de Paris : "INTERDIRE" le diesel, dans la Capitale, d'ici 2020. Puis – plus pudiquement – il a été question de "sortir du diesel" (comme on dit : "sortir du nucléaire") à cette échéance de 2020. Un engagement net, sans équivoque, maintes fois répété. Puis – surprise – hier : déclaration d'Anne Hidalgo, la maire de Paris : en 2020, les diesels récents continueront à avoir le droit de circuler. Donc, un net revirement, par rapport à toutes les affirmations précédentes.

Pastilles vertes

A cela, une bonne raison : dans les mesures annoncées, à l'échelle nationale, par Ségolène Royale – ministre de l'Ecologie et du Développement durable – il y a la fameuse pastille "verte", qui serait donnée aux voitures récentes – y compris les diesels ! Vous voyez mal que des voitures récompensées d'un côté pour leur "qualité écologique" soient interdites de l'autre dans la capitale de la France.

Une rectification qui s'imposait

Ce revirement était – sur le fond – d'autant plus aberrant que, avec les nouvelles normes de pollution en vigueur depuis septembre dernier, les diesels – au niveau européen – n'ont plus le droit de polluer plus que les voitures à essence. Mais on a déjà vu ces incohérences : lorsque le bonus écologique est apparu – fin 2007 – vous pouviez avoir jusqu'à 1 000 € de bonus, pour une diesel sans filtre à particules ; des diesels qui sont aujourd'hui montrés du doigt ; et que l'on veut dégager.

Vous êtes à nouveau en ligne