NanoFlowcell : des batteries automobiles à l’eau salée

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Comme chaque année à Genève, le Salon de l’auto suisse affiche complet. On en a déjà beaucoup parlé cette semaine, mais on y a découvert des nouveautés étonnantes.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Dans les années 50, un inventeur français affirmait en avoir découvert le principe et plusieurs journaux s’étaient fait piéger. Car l’eau, matière abondante qui remplacerait le pétrole comme carburant, ce serait la découverte absolue, la pierre philosophale de la mécanique qui rendrait les transports, mais aussi l’énergie en général, accessible à tous, à moindre prix.

Ce qui fait tout plein fait, 400 kilos de plus pour la voiture, elle-même en fibre de carbone et alu. Mais je suis sûr que les autres constructeurs vont s’y intéresser. Après tout, Nicolas Tesla qui a été cité à côté d’Einstein par un ingénieur était un inventeur méconnu du XIXe siècle, dont le nom a été repris par la firme californienne qui fabrique justement des voitures électriques, disons… plus traditionnelles.

 

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne