L’Auto. L’électrique dans le monde des monoplaces

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le développement de l’électrique dans le monde automobile, considéré par les uns comme une solution d’avenir, par d’autres comme une évolution incontournable, passe par la compétition, et tout particulièrement la "Formule Électrique". Une discipline à l’origine de nombreux bouleversements.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Bouleversement chez les constructeurs, amenés à faire évoluer leurs gammes de véhicules, tout comme chez les équipementiers et manufacturiers, poussés à adopter leurs produits à ce nouveau type de voitures. 

Bouleversement également dans le monde de la compétition automobile, où la multiplication des courses de voitures électriques est source d’évolution des sports mécaniques mais aussi de la technologie appliquée ensuite à la voiture de Mr Tout le Monde.

Des bolides, comme celui de Jean-Eric Vergne, difficiles, de loin, à différencier des monoplaces thermiques.
Des bolides, comme celui de Jean-Eric Vergne, difficiles, de loin, à différencier des monoplaces thermiques. (SAM BAGNALL / DS pour FRANCE INFO)

Entre Formule 1 et Formule E

Principale illustration du développement de la technologie électrique au profit de la voiture des particuliers, les compétitions de Formule E dont la dernière épreuve, le Paris E-Prix vient de se courir dans la capitale autour des Invalides. L’occasion de découvrir plus en profondeur cette discipline qui n’a plus rien à envier à la Formule 1.

Deux disciplines qui, selon Jean-Éric Vergne qui a eu l’occasion de courir en Formule 1 avant de se faire une place (de champion du monde) dans la Formule E, se différencient sur de nombreux points. Au niveau de la motorisation tout d’abord, du circuit ensuite, éphémère dans le cadre de l’électrique, poussant ses pratiquants à se préparer sur simulateur, de la gestion du stress ensuite et surtout de la gestion de l’énergie.

Le travail sur simulateur indispensable dans la Formule E et ses circuits éphémères.
Le travail sur simulateur indispensable dans la Formule E et ses circuits éphémères. (DS pour FRANCE INFO)

La gestion de l’énergie se prépare sur simulateur

Compte tenu de l’aspect éphémère de ces circuits citadins qu’il est impossible de monter à l’avance, le travail sur simulateur prend une importance capitale tant pour les pilotes que pour les ingénieurs et les techniciens. C’est la raison pour laquelle les deux pilotes de l’équipe DS Techeetah, seul écurie française en course dans ce championnat électrique, sont venus, à tour de rôle, s’entraîner sur le simulateur du Groupe PSA Sports basé à Versailles Satory.

Le Français Jean Eric Vergne, champion du monde Formule E et vainqueur du Grand Prix de Paris l\'an dernier.
Le Français Jean Eric Vergne, champion du monde Formule E et vainqueur du Grand Prix de Paris l'an dernier. (DS POUR FRANCE INFO)

Une préparation à laquelle le français Jean-Éric Vergne et son coéquipier, l’allemand André Lotterer, ont consacré de longues heures toute cette semaine.
Il faut dire qu’en marge du fait de découvrir le parcours ou de se perfectionner, ces heures passées sur le simulateur permettent aux pilotes de se préparer à la gestion du stress et à la gestion de l’énergie.

L\'électrique, des sensations proches de la F1 dans un autre univers.
L'électrique, des sensations proches de la F1 dans un autre univers. (SAM BAGNALL / DS POUR FRANCE INFO)

L’apprentissage de la conduite électrique, une autre approche

Pour le patron de DS Performance, Xavier Mestelan-Pinon, une Formule E ne se conduit pas comme une Formule 1. Là où il est nécessaire d’accélérer au maximum sur une Formule 1, sur une monoplace électrique, il faut au contraire penser à la récupération de l’énergie dans les zones de freinage pour pouvoir aller jusqu’au bout, en évitant bien entendu de se laisser passer par les autres concurrents.

La technologie des monoplaces bientôt au service des futures voitures électriques comme ici sur la DS3 Crossback E-Tense.
La technologie des monoplaces bientôt au service des futures voitures électriques comme ici sur la DS3 Crossback E-Tense. (WILLIAM CROZES POUR FRANCE INFO)

L’homme qui a contribué à la domination de Citroën, et donc de Sébastien Loeb en championnat du monde des rallyes, ou bien du succès de sa marque dans le championnat du monde des voitures de tourisme, a trouvé là, dans la monoplace électrique un nouveau défi sportif et écologique.

Sans oublier un enjeu technologique indéniable. Toute évolution sur ces monoplaces électriques ne manquera pas d’être appliquée sur les futurs modèles de la marque, en l’occurrence sur les futures DS électriques.

Vous êtes à nouveau en ligne