L'auto. Un nouveau petit 4X4 urbain chez Audi

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Audi, la marque premium du groupe Volkswagen se lance dans le petit 4X4.

Le Q2 est, comme son nom l’indique, le petit frère du Q3

Et il arrive dans un créneau - les vrais faux 4X4 appelés SUV, dits urbains - qui commence à être passablement encombré avec les 500 X, Renegade, les Français Captur et 2008, l’Opel Mokka ou encore la Mini Countryman.
4X4 urbain, c’est d’ailleurs un terme paradoxal en soi. Car que peut-on escalader en ville, sinon les trottoirs au grand dam des piétons ou les dos d’âne dont nos rues sont désormais pavées. En fait, ces petits matamores sont incapables de toute escapade sauvage, ils n’ont pour eux que deux roues motrices à l’avant dans la plupart des cas.

La formule, c’est : prenez le châssis de la petite berline qui marche bien, en l’occurrence l’Audi A1, collez-lui de grandes roues, bien soulignées par un ourlet sur les ailes, position de conduite un poil plus haute et calandre un peu méchante et le tour est joué.

Vous avez un SUV Q2, 20 cm de moins que le Q3. Et franchement, à l’intérieur, ça ne se remarque pas vraiment. Les places à l'arrière sont à peine plus confinées ; on les réservera aux enfants pour les longs trajets et le coffre de 400 litres est loin d’être ridicule.

La finition intérieure est parfaite mais sévère, entre noir et gris foncé

Sauf si on opte pour des touches de couleurs vives au tableau de bord. Eh oui, parfois les bourgeois s’encanaillent. Mais c’est une option. Comme d’ailleurs la plupart des équipements. Et pourtant si on y met le prix, et quel prix, il peut être équipé comme un grand ce Q2. Avec des écrans, des affichages tête haute et un début de conduite autonome. C’est ce qui attire les jeunes…

Personnellement j’ai bien aimé le moteur

1,4 l essence de 150 chevaux avec la boite automatique à double embrayage. Agile et silencieux. Sur le papier, il démarre à 27.000 €, sans malus, mais on peut rajouter 10.000 € d’options sans s’en rendre compte. C’est le charme ou le danger des premiums.