L'auto. Bilan à mi-parcours du Mondial de l'Auto 2016

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Voilà plus d'une semaine que le Mondial de l'Automobile de Paris est ouvert Porte de Versailles. Premier état des lieux.

Le public est au rendez-vous, mais il y a un peu moins de monde qu’il y a deux ans. Les organisateurs espèrent quand même atteindre le million de visiteurs. L’un des halls qui fait le plein, c’est le plus excentré avec l’exposition : " l’automobile fait son cinéma " et les voitures vedettes des films comme la 2CV de Bourvil dans le Corniaud ou l’Aston Martin de James Bond.

La folie S.U.V

Mais, quand on regarde les nouveautés d’aujourd’hui, d’où vient cette légère déception que l’on peut ressentir au fil des stands ? C’est que bien des modèles se ressemblent. La faute à cette sacrée mode des vrais faux 4X4, ceux que les constructeurs veulent absolument nommer S.U.V. et qu’on pourrait traduire en français par "tout chemin de loisirs". Hauts sur pattes, bas de plafond, forts de capot, ils font assaut de calandre et de testostérone. Et, ils connaissent un succès phénoménal auprès des hommes comme des femmes, non seulement en Europe, mais partout dans le monde. Même les constructeurs français inventeurs du monospace délaissent celui-ci pour les crossovers. Ainsi Peugeot par la voix de Jean Philippe Imparato le directeur général…

Même les petites berlines sont contaminées par cette mode du vrai faux 4X4. Ainsi la Citroën C3 arbore-t-elle un capot nervuré et une face avant rebondie. C’est voulu explique Alexandre Malval le responsable du style Citroën…


Y compris les marques de luxe s’y sont mises comme Jaguar, Porsche et Maserati. Mais ces tous chemins ou tous terrains suivent la mode et s’électrisent ou s’hybrident pour faire plus vert. Dire qu’il y a quelques années, les écolos manifestaient contre les 4X4 à Paris et dégonflaient leurs pneus. Qui s’en souvient ?

Vous êtes à nouveau en ligne