Dacia : 10 ans d'un succès exemplaire

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Aujourd'hui, un anniversaire : ce sont les 10 ans d'une voiture qui a révolutionné le petit monde de l'automobile – au moins en Europe…

Cela fait exactement 10 ans, aujourd'hui, que la Dacia "moderne" – la Logan – a été lancée en Roumanie, le 9 septembre 2004.

Dacia, c'est LA réussite industrielle que  les constructeurs automobiles du monde entier envient, ces dernières années.

A posteriori, 10 ans après, la recette peut paraître facile:

  • Vous prenez une marque roumaine obscure, qui jusque-là ne fabrique que des voitures antiques et presque exclusivement réservées à son marché d'origine.

  • Vous mettez au point un type de voiture – qui, d'habitude, est plutôt réservé aux pays " pauvres " : moderne, d'aspect ; mais absolument pas innovante, ni luxueuse, ni performante, ni sur-équipée. Vous offrez le " minimum automobile possible ".

  • Vous la vendez – comme un voiture de base, sans fioriture, qui répond juste à l'essentiel .

  • Et vous la vendez à un prix plancher, " cassé " – jamais vu jusqu'alors : -35%  par rapport à une voiture de taille comparable.

  • Et vous la vendez dans un maximum de pays !

    Personne, auparavant, n'avait imaginé une voiture totalement " low cost ", aussi volontairement simplifiée.

    Et le résultat ? C'est un succès énorme !

Quelques chiffres, pour mesurer " l'étendue " de ce succès :

Pour deux raisons :

  • les automobilistes qui achètent des Dacia n'achètent plus de voitures plus chères ; cela " tire " le marché vers le bas ; et ce n'est pas sûr que ce soit très sain, à long terme, même pour les constructeurs

  • Et puis, d'un point de vue social : Dacia, c'est de la délocalisation pure et dure !

    La patrie d'origine de Dacia – la Roumanie – c'est déjà un pays où les coûts de main d'œuvre sont six fois inférieurs à ceux de la France. Avec l'usine marocaine de Dacia (qui exporte massivement vers l'Europe), là, ce sont des coûts de main d'œuvre 8 fois inférieurs.

    Il est évident que la démarche low-cost amène à rechercher d'abord et avant tout les coûts de production Lles plus bas !

    Au détriment de toute autre considération industrielle, sociale, etc...

    Mais, de fait, tous les concurrents de Renault sont jaloux du succès de Dacia ; et – jusqu'ici – pas un seul n'a su copier ce " modèle industriel ".

     

Un magazine récent est totalement dédié à la marque Dacia : Daciattitude.

Vous êtes à nouveau en ligne