Complexité des voitures : comment les conducteurs sont détournés de leur attention

De plus en plus d'équipements arrivent dans les voitures. Une accumulation qui pose des problèmes.

C'est étonnant de voir, depuis dix ans, des tas de fonctions, de commandes, se multiplier à bord des voitures. Mais sans que cela fasse suffisamment l'objet d'une étude d'organisation, pour que l'automobiliste reste concentré sur sa conduite.
En fait, il y a trois erreurs d'ergonomie caractérisées, depuis ces dernières années, qui peuvent réduire la concentration du conducteur.

L'implantation des écrans de contrôle sur la console centrale

Il est absurde que les voitures aient un afficheur décalé, et pas dans l'axe du conducteur. Cela oblige à changer constamment l'orientation de son regard. C'est une énormité, en termes d'ergonomie, de sécurité.

La multiplication des fonctions

C'est fini, la voiture, avec des fonctions de base : du chauffage, une radio simple, des lève-vitres.
Aujourd'hui, tout est sophistiqué, multiple, avec des foules d'automatismes, de réglages  que vous pouvez paramétrer. C'est une source de complexité énorme ! Et un facteur de perturbation.

Le mode de commande plus complexe pour solliciter chaque fonction

Avant, la logique était simple : un bouton / une fonction ; une fonction / un bouton.
Puis est arrivée l'électronique. Et des modes de commande issus de l'informatique : ces molettes multifonction, pour entrer dans des menus, naviguer dans des arborescences  qui ouvrent à des centaines de fonctions, à des milliers de réglages, ce ne sont rien moins que des souris d'ordinateur.
Mais l'automobiliste, il n'est pas assis à un bureau ! Il est au volant !
Tout ce qui est extérieur à la conduite est secondaire. Or, là, c'est devenu envahissant !
C'est un progrès à contre-courant. Même si les constructeurs après être passés par un pic de complexité jusqu'à il y a 3 ans  essaient de simplifier à nouveau l'accès aux commandes de base.
Ne vous laissez pas distraire !

Pourquoi y a-t-il des arbres le long de nos routes ?
C'est Napoléon qui avait fait planter ces arbres notamment des platanes  afin de protéger ses armées de la chaleur et du soleil lorsqu'elles se déplaçaient.

Le vol des tracteurs sévit en France
Phénomèné nouveau, depuis l'an dernier. Les voleurs de voitures se diversifient. Ils s'attaquent aux tracteurs des engins très peu protégés contre le vol et qui ont une valeur élevée. ils peuvent coûter plus de 100 000 €.
Et ils se retrouvent le plus souvent dans des pays d'Europe de l'Est.

Vous êtes à nouveau en ligne