Bonus-malus écologique : à quelle sauce serez-vous "mangé" en 2015 ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le bonus-malus écologique, pour l’achat d'une voiture neuve, change l’année prochaine. Une refonte totale, avec une grande sévérité pour les voitures traditionnelles.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Remise à plat pour ce bonus-malus écologique 2015. Rien d'officiel encore, mais les grandes lignes sont déjà connues.

Et il s’agit plus d’une modification en profondeur que d’une simple évolution.

Le calcul se fait toujours sur la base des seuls rejets de CO2 – de gaz carbonique. Mais, pour la première fois, toutes les voitures qui ont une motorisation "traditionnelle" – qu’elle soit essence, ou diesel – n’ont plus droit à un bonus. C’est-à-dire que, même si vous achetez une voiture qui n’émet que 90 grammes de CO2 au kilomètre (ce qui est très peu), à partir du moment où son moteur est strictement essence ou diesel (et qu’elle n’est pas hybride), vous n'avez pas droit au bonus !

Une logique pleine de parti-pris

Cela correspond à une logique : favoriser – ouvertement, fortement – les voitures qui sont, au moins partiellement, électriques (les pures électriques et les  hybrides), celles qui sont "énergétiquement sobres".

"Energétiquement sobre", l'expression, employée par plusieurs députés écologistes, est très juste. Parce que parler de voiture propre reste toujours caricatural – et faux !

Une voiture, aussi vertueuse soit-elle en consommation, et en rejets de gaz, demeure polluante. Et si elle ne pollue pas sur son lieu d’utilisation (à l’endroit où elle roule), elle produit une pollution "indirecte", c’est-à-dire en dehors du trajet de la voiture.

Typiquement, la voiture électrique a un impact environnemental très fort – et très négatif – sur la fabrication des batteries et, plus ou moins, sur la production électrique (suivant la manière dont vous produisez cette électricité). Mais là où elle roule – bien sûr – la voiture électrique, c’est "zéro pollution".

Un système plus lisible que précédemment

Le bonus-malus 2015 s'annonce plus lisible. Mais il reste assez caricatural voire injuste. Démonstration. Une voiture qui émet une faible quantité de CO2 aura un bonus si elle est hybride, mais aucun bonus si elle obtient le même "score" de CO2, avec un moteur classique. Pas logique car, en production, l’hybride, avec ses batteries et son électronique, est beaucoup plus nuisible pour l’environnement qu’une voiture "classique".

 

Sur les montants du malus, a priori pas de changement, ce sera 150 à 8.000 euros de pénalisation. C’est beaucoup ! A l’inverse, un "super-bonus" – sous certaines conditions – devrait être créé pour les voitures électriques. Là encore, sans du tout tenir compte de la pollution qu’entraîne la fabrication des batteries. Batteries qu’on ne sait d'ailleurs toujours pas recycler à l’heure actuelle.

Vous êtes à nouveau en ligne