Renault lance son SUV urbain

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Il s'appelle Captur. Faux SUV, vrai 4x4 urbain, il se positionne dans un créneau en plein boom. Depuis quelques mois, la courbe de progression de ces modèles a même dépassé celle descendante des monospaces de même taille. Denis Astagneau décrypte cette nouvelle mode automobile.

Les pères et mères de famille ne veulent
plus rouler dans les voitures que leurs enfants ont commandées pour eux. Ils
attendent un petit parfum d'aventure que leur procure ces petits vrais faux
4x4.

Elles n'ont que deux roues motrices, mais elles sont plus grosses que celles
des berlines et à l'avant le vrai capot proéminent met en valeur la calandre.
Bref, ils sont rassurant autant pour les hommes que pour les femmes. Regardez
qui les conduit en ville : cela va des business women aux mères de
famille.

Exemple les succès de la Mini Countryman, du Nissan Juke ou du Dacia
Duster
. Alors pourquoi pas Renault ?  Il a suffi de surélever la Clio en lui
greffant de grosses roues, en musclant sa calandre et ses flancs. Et vous voilà
assis 10 cm plus haut, dans une voiture à peine plus longue, mais qui domine la
situation.

La conduite est d'ailleurs plus
proche de celle d'une berline que d'un monospace, même si les 100 kilos supplémentaires rendent les reprises plus paresseuses. Notamment avec les
moteurs essence et diesel de 90 chevaux.

Avec l'essence de 120 chevaux, c'est
un peu plus nerveux sans être sportif et Renault a fait le pari de mettre la
boîte à double embrayage de série sur ce modèle. C'est tellement plus
agréable.

Mais avant tout, il ne fallait
pas effrayer les urbains avec un look 4X4 trop brutal. Donc pas de barres de
toit, mais une couleur différente pour le haut et le bas. 

A l'intérieur, pas beaucoup plus
de place que dans la Clio, mais un max d'astuces dont la banquette coulissante
façon Twingo, les sièges qui se "dézippent" pour laver les housses en machine, et
surtout, la boite à gant tiroir qui permet de prendre des objets à l'interieur
sans lacher le volant.

Côté prix, Renault reste très calme : de 15 000
à 21 000 euros.