Le Nissan Qashqai, le pionnier des vrais faux 4X4 se refait une beauté

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est en 2007 que le Nissan Qashqai a été lancé. A cette époque, c'était un pari risqué pour les dirigeants de Nissan en Europe. Ils ne remplaçaient pas une berline, en l'occurrence la Primera, par une autre berline, mais par un véhicule à l'allure de 4X4, et avec des versions à traction avant donc deux roues motrices. 

Et le Qashqai, malgré son nom barbare, a fait un tabac
avec 2 millions d'exemplaires vendus en Europe et 170.000 en France. Evidemment,
ce succès a inspiré la concurrence et désormais toutes les marques ont leur
SUV, leur crossover, comme l'on dit pour ces aventuriers du dimanche.

Sept ans de réflexion plus tard, chez Nissan, comme on
n'osait pas trop toucher à l'icône Qashqai, on a choisi d'écouter les clients
comme l'explique Alain Le Meur le responsable communication produit de la
marque en France.

Mais attention au système anticollision. Il ne fonctionne
qu'en ville, à vitesse réduite, moins de 30 km/h et encore pas tout le temps
comme le montrent les tests du magazine Auto Plus la semaine dernière.

Cela dit, le Qashqai a fait des progrès en dynamique et
en tenue de route. Moins de roulis dans les virages. Il se vend toujours à 90% en
diesel mais le petit moteur essence 1,2 litres turbo de 115 chevaux échappe au
malus et affiche moins de 4 litres au 100.

Mais est-ce que son plus grand concurrent ce ne serait
pas le Renault Captur, l'autre crossover de l'alliance qui fait un tabac depuis
un an et qui est bien moins cher?

Et puis le Qashqai est disponible en version 4X4 pour les
sports d'hiver. Mais il faut débourser plus de 30.000 €. Alors qu'en deux roues
motrices, il démarre à 21.500 €. Avec le même aspect baroudeur.

Vous êtes à nouveau en ligne