L’art des automobiles allemandes…

"{En France, vous faites la révolution. En Allemagne on améliore les détails}", disait récemment un patron de l’automobile allemande. Il n’a pas tort. Tout l’art des marques d’Outre Rhin c’est de changer sans avoir l’air d’y toucher.

Soit on décline, comme Audi avec le Q3, dont on parlait il y a 15 jours, soit on affine comme BMW avec sa nouvelle série Une. "Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre" pour paraphraser Verlaine. Il faut dire que, de l’extérieur, il faut un œil bien exercé pour jouer au jeu des 7 erreurs avec la plus petite des BMW.

A l’intérieur de cette série Une, des plastiques bien plus valorisants, des rangements, mais oui et surtout, un confort de suspension que l’on ne connaissait pas avec la première mouture. De là à dire que c’est une voiture de dame, non, il y a la Mini pour ça dans le groupe BMW.

La place aux jambes à l’arrière est toujours aux abonnés absents. Pour les prix, c’est ne vous inquiétez pas, c’est bien du BMW avec une liste d’options longue comme un jour sans pain : à partir de 26.000 € en diesel 1.600. 400 € de plus que le modèle essence, mais ça peut facilement monter à 34.000 € si on se laisse aller. Mais on se rattrape sur l’excellent rapport consommation-performance : à peine 4 litres au 100 sur route, même avec la boite auto à 8 vitesses qui n’engendre pas de surconsommation.
_ Et puis, encore un mot pour les amateurs d’automobiles anciennes avec le supplément d’Auto plus, Classiques. C’est un trimestriel. Comme quoi, on n’est pas obligé de se ruiner avec les autos anciennes.…

Vous êtes à nouveau en ligne