La voiture propre ne séduit pas encore les Français

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

On a vu, avec l’engouement des visiteurs au dernier Mondial de l’auto à Paris, que la voiture individuelle avait de beaux jours devant elle. Mais quelle voiture exactement ?

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Si l’on en croit plusieurs sondages sur les intentions des Français pour leur prochaine voiture, plus de la moitié envisagent d’acheter Français.

Une Renault, une Peugeot ou une Citroën même si elle est fabriquée à l’étranger.Et selon un sondage de nos confrères de l’Argus, ce sera encore pour moitié une voiture diesel, contre un tiers pour l’essence qui remonte, et 12% seulement pour l’hybride.

Pourquoi ? Toujours selon l’Argus, à cause du prix. C’est le premier critère d’achat d’un véhicule neuf devant le design et la motorisation. Pourtant, le budget moyen prévu est confortable : en moyenne entre 22.000 et 30.000 €.

Ne nous emballons pas. Les véhicules hybrides et électriques ont représenté 2,59 % des demandes, c’est 1% de plus qu’il y a un an, mais c’est quand même loin du raz de marée annoncé par le PDG de Renault, Carlos Ghosn. Il y a loin du rêve à la réalité.

Est-ce que la prime de conversion d’un véhicule diesel pour un véhicule électrique - prime prévue dans le projet de loi sur la transition énergétique - suffira à lancer enfin ce marché de la voiture propre ? Pas sûr. Car on peut se demander si les concepteurs de ce texte sont bien en phase avec la réalité du terrain.

Un super bonus de 10.000 € à ceux qui se débarrassent d’un véhicule diesel de plus de 12 ans pour acheter une voiture tout électrique. Bonne idée. Mais ceux qui roulent dans de vieux diesels, sont des gens à faibles ressources qui emploient leur voiture par nécessité, font peu de frais dessus, même s’ils parcourent souvent de longues distances avec.

Un parc automobile vieillissant

Rien à voir à priori avec la clientèle actuelle, urbaine et bobo des voitures électriques. Sauf pour les petits malins qui vont aller acheter un vieux diesel dans une casse pour trois francs six sous et l’échangeront ainsi contre une électrique flambant neuve pour une prime confortable à partir du 1er janvier…

Pas très honnête tout ça mais, au moins, ça rajeunira le parc automobile français, qui a justement 12 ans d’âge en moyenne.

 

Vous êtes à nouveau en ligne