Une exposition universelle à Paris ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Et si Paris organisait une exposition universelle et non pas les Jeux Olympiques ? C'est l'idée défendue par le maire de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin. Un colloque au Sénat le 15 octobre et une mission d'information parlementaire sont prévus sur le sujet. 

Depuis
que Tokyo a été désignée pour organiser les Jeux Olympiques de 2020, beaucoup
de Français se prennent à rêver qu'en vertu de la règle non écrite de
l'alternance des continents, Paris soit choisie pour organiser ceux de 2024.

 Et si c'était une fausse
bonne idée ? C'est la conviction d'un homme peu connu du grand public,
mais qui réfléchit depuis plusieurs années à la question. Jean-Christophe
Fromantin est le député-maire UDI de Neuilly-sur-Seine. Pour lui, les JO
permettraient certes à la France de construire des stades, des gymnases et des
piscines, mais après ?
Que se passerait-il une fois les épreuves terminées
et les caméras du monde entier parties ? A l'entendre, pas grand-chose.

 D'où sa proposition
alternative : organiser une exposition universelle à Paris.
La
différence ? Un événement de ce type donnerait à la France l'occasion de montrer
son savoir-faire et de créer des emplois durables. C'est ce qui s'est
passé précédemment. L'expo universelle de 1855 a lancé le classement des
grands crus classés des vins de Bordeaux. Celle de 1889 a permis tout
simplement la création de la Tour Eiffel. Celle de 1900 la naissance du premier
Guide Michelin mais aussi d'amplifier le succès des cristalleries de Baccarat.
Et ainsi de suite.

 En résumé, une exposition
universelle, c'est une vitrine du savoir-faire du pays organisateur
. Or,
précisément, le problème de la France aujourd'hui consiste à trouver sa place
dans la mondialisation,
à définir les secteurs dans lesquels notre pays dispose
d'avantages comparatifs et à structurer des filières solides qui nous
permettront de créer des emplois. De ce point de vue, incontestablement,
l'argumentation de Fromantin se tient.

 Dans
son esprit, c'est sur les industries créatives comme la culture ou les
nouvelles technologies
  qu'il faudrait
miser.
Tout en sachant travailler à l'échelle du Grand Paris car une expo
universelle  permettrait aussi
d'investir dans les banlieues en crise. Le Grand Paris, ce sont les
Champs-Elysées, certes, mais c'est aussi Aubervilliers pour l'image et
Clichy-Montfermeil pour les arts plastiques puisque c'est là que la France a
décidé de construire une villa Médicis.

 Alors, Paris doit-elle chercher à organiser les Jeux Olympiques en 2024
ou une Exposition Universelle en 2025 ? Ce sera bien sûr au gouvernement
de trancher, le temps venu.
Pour l'instant, Jean-Christophe Fromantin a
prudemment choisi de ne pas solliciter l'Etat, afin de ne pas se retrouver
victime de querelles droite-gauche. Il préfère travailler avec des artistes,
des chefs d'entreprises, des universitaires et des élus locaux, comme la
navigatrice Maud Fontenoy, la chef étoilée Anne-Sophie Pic ou le mathématicien
Cédric Villani. Rien ne presse : si la France doit se porter candidate,
c'est en 2016 seulement qu'elle devra déposer son dossier. Quant au choix de la
ville lauréate, il n'interviendra qu'en 2018.