Régions : les nouveaux noms sont "mauvais" selon le géographe Roger Brunet

Les noms des nouvelles régions françaises.
Les noms des nouvelles régions françaises. (NICOLAS ENAULT/FRANCEINFO)

C'est officiel, les noms des 12 grandes régions françaises ont changé samedi 1er octobre. Mais pour le géographe Roger Brunet, il s'agit essentiellement de mauvais choix. 

Les 12 nouvelles grandes régions françaises ont officiellement changé de nom samedi 1er octobre. Les Hauts-de-France, l'Occitanie ou la Nouvelle Aquitaine font partie des régions qui ont été rebaptisées à la faveur de leur agrandissement.

"Je crois que ce choix de regroupement est politiquement et territorialement un mauvais choix", explique sur franceinfo le géographe Roger Brunet. "On a joué sur des faux semblants et posé de faux problèmes. On voulait des régions plus fortes et plus autonomes. Dans ce cas il fallait leur donner des compétences et des moyens financiers. Là on ne change rien. On se contente d'additionner des territoires. Cela va perturber des services, cela va affaiblir certaines villes, comme Limoges, Poitiers ou Châlons-en-Champagne. Et cela éloigne encore plus l'administration des citoyens."

"Des choix publicitaires"

Le choix des noms est râté selon Roger Brunet. "Il y a un petit côté fanfaron. Hauts de France : c'est curieux pour une région qui est basse d'altitude, mais qui est en haut de la carte. Nouvelle Aquitaine : en quoi elle est nouvelle ? Mais cela fait mieux qu'ancienne. Grand-Est : pourquoi grand ? Ce sont des choix qui se comprennent pour des raisons publicitaires."

Mais pour Roger Brunet, le choix de l'Occitanie pose un autre problème. "C'est faux territorialement. Cela inclut des pays de culture catalane. Mais surtout il y a dans ce choix une forme de communautarisme de mauvais aloi. Il y a une forme rétrograde et peu républicaine d'appeler une région ainsi."

Régions : des noms "publicitaires" (Roger Brunet, géographe)
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne