VIDEO. Nintendo Switch, Wii, Game Boy, NES... Nintendo, la rupture à tout prix

Le géant japonais a lancé vendredi 3 octobre sa nouvelle console de jeu : la Nintendo Switch, une machine hybride qui peut faire office à la fois de console de salon et d'équipement mobile. Retour sur les consoles Nintendo qui ont marqué une rupture dans le marché des jeux vidéo.

Fini la console de salon et la console portable. Nintendo a lancé, vendredi 3 octobre, Switch, une machine hybride, avec des manettes détachables et la possibilité de passer d'une console portable à la télévision du salon. Selon Le Figaro du 7 mars, qui relaie des chiffres fournis par la firme japonaise, sa nouvelle console effectue un démarrage canon en France, où elle a écoulé plus de 105 000 machines lors des 3 premiers jours. Un record depuis les années 80. La recette de ce succès tient dans la marque de fabrique de Nintendo : le choix de la rupture face à ses principaux concurrents, la Playstation 4 et la Xbox One.

De la Game Boy à la Wii U

Depuis les années 1980, Nintendo n'a cessé d'étonner les joueurs en proposant des nouvelles technologies hors des normes du marché. Une stratégie qui lui a garanti de beaux succès comme avec la console portable Game Boy ou la Nintendo DS, avec deux écrans, dont un tactile. Mais à force de vouloir se différencier, Nintendo a aussi connu des échecs commerciaux retentissants, comme avec sa précédente console, la Wii U.

Vous êtes à nouveau en ligne