Les jeux de guerre sont-ils surévalués ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les grandes sagas guerrières du jeu vidéo sont-elles surévaluées ? Exemple avec les deux nouveautés du moment sur consoles de salon et PC. D'un côté : "Call of Duty : Ghosts" et des millions de ventes en perspective, de l'autre "Battlefield 4", outsider qui n'en est pas moins populaire.

Des jeux de guerres qui se divisent toujours en deux parties, d'un côté
l'aventure solo, de l'autre l'expérience multijoueur où il faut
affronter arme à la manette des joueurs du monde entier.

D'abord le solo. Pour Call of Duty : Ghosts , bienvenue dans un futur proche
où les états d'Amérique Latine ont envahi les États-Unis. Parano, quand tu
nous tiens. Une histoire de famille également où deux frères, deux jeunes
soldats vont sauver le monde grâce à une unité d'élite mystérieusement nommée
Ghosts. Malgré une introduction superbe notamment inspirée par le film Gravity ,
l'intérêt de cette campagne est fantomatique, les graphismes souvent hideux et
d'un autre âge. Reste une âme d'un film catastrophe sans inspiration.

Pour le solo de Battlefield 4 par contre, on soigne l'image, mais le
scénario est tout aussi idiot. Des Russes méchants, méchants, des Chinois
méchants méchants, puis gentils gentils. Bref, au cinéma, ces deux jeux de
guerres seraient qualifiés de nanar à pop-corn.

Mais c'est bien du côté du multijoueur que ces deux stars du jeu vidéo
sauvent la face. Face aux joueurs du monde entier, deux philosophies :
individualiste et nerveuse du côté de Call of Duty : Ghosts , gigantesque et
communautaire pour Battlefield 4 .

Beatles ou Stones, il faut choisir son camp. Généralement à pied pour Call
of Duty : Ghosts
, à l'ancienne, avec des environnements très variés, des modes
souvent originaux et surtout une ambiance électrique et fun. Si vous tenez plus
de trois secondes sur le champ de bataille, Call of Duty : Ghosts, déconseillé
aux moins de 16 ans, est fait pour vous.

Changement de psychologie dans Battlefield 4 déconseillé lui aux moins de 18
ans. On n'y gagne jamais seul et rarement à pied. Jeep, camion et même avion,
tout est bon dans l'escadron. Assaut, soutien, ingénieur et éclaireur, tous
n'ont qu'un seul but : maîtriser un gigantesque terrain de jeu. 

Call of Duty : Ghosts et Battlefield 4 , deux événements culturels et
pourtant, voilà de simples jeux de guerre et non des jeux sur la guerre. Une fuite en
avant vers les sensations plus ou moins fortes, sans une once de critique, ni un
brin de réflexion. Bref, de l'action sans ambition.

 

Vous êtes à nouveau en ligne