Jeux vidéo. Splatoon 2, en avant les pigments !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans cette suite maîtrisée mais sans surprise, les poulpes mènent toujours une guerre territoriale sans merci, à grands coups de pistolets à peinture.

Un paint-ball arc-en-ciel

Il y a deux ans, Nintendo surprenait son monde en colorant les jeux de tirs de tons criards avec Splatoon, succès surprise à la fois convivial et fun. Rouge, rose, violet et orange bariolaient des arènes où de joyeux drilles mi- humains mi- mollusques s’affrontent sur des tapis de pigment. Leurs armes, à ces étranges calamars ? Pas de mitrailleuses et de chargeurs en bandoulière. Non, de simples canons à peinture pour un paint-ball arc-en-ciel venant agréablement remplacé l'hémoglobine.

Le but : asperger une plus grande surface que l'équipe adverse. Et c’est en ligne que le jeu trouvait toute sa saveur avec des matchs quatre joueurs contre quatre, Splatoon fut rapidement un succès sur WiiU. C’est donc sans surprise que sa suite débarque sur la console Switch afin de booster plus encore ses ventes.

Le plaisir de shooter sans tuer

Splatoon 2 qui ressemble à s’y méprendre au premier épisode, un goût de déjà vu pour une vraie-fausse suite qui ne gâche pas le plaisir de shooter sans passer par la case ultra-violence dans de nouveaux environnements réussis. Une difficulté au crescendo maîtrisé, un rythme de bagarre addictif en solitaire comme à plusieurs où les types de confrontations se multiplient, et même en coopération grâce à un nouveau mode bien troussé mais malheureusement ouvert trop rarement par Nintendo.

Dans ce déferlement grisant de fluo, on peut toujours améliorer son personnage avec de nouveaux équipements, le personnaliser pour gagner des parties plus stratégiques encore dans cette nouvelle aventure.

La stratégie de Nintendo

L’apparence sucrée du jeu ne cache pas la volonté de Nintendo de s’imposer à la fois dans les salons et dans le monde du sport électronique avec ce Splatoon 2 entre deux pots de peinture. Nouvelles cartes, nouveaux modes de jeu, personnalisation plus poussée des personnages, la Switch a certes trouvé son arme de guerre pour séduire de nouveaux clients sans forcer, le sourire aux lèvres. Un jeu malgré tout en devenir qui devrait, devra, s’améliorer au fil des semaines grâce aux mises à jour qui viendront enrichir cette joyeuse gouache estivale.

 

Vous êtes à nouveau en ligne