Jeux vidéo. "Pong", le premier big bang du jeu vidéo

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les samedis de l'été, Jean Zeid conte l'histoire de ce loisir qui fête ses 45 ans. 

Retour en 1972 avec le jeu qui a créé à lui seul ce nouveau secteur du divertissement. Ce jeu, c'est Pong.

"Le cinéma est né lorsqu’on a disposé un guichet devant la tente de projection d’une fête foraine", aimait à raconter le producteur Daniel Toscan du Plantier. Le jeu vidéo, lui, éclot lorsque le monnayeur de la première borne d’arcade du jeu Pong flanche dans un bar de la ville californienne de Sunnyvale, le 29 novembre 1972.

Atari, l'entreprise qui a conçu Pong

Peu après l’arrivée de la machine au Andy Capp’s Tavern, la toute jeune entreprise Atari reçoit un coup de fil du patron : la borne est en panne. C’est le concepteur de Pong lui-même, l’ingénieur Allan Alcorn, qui se déplace. La veille, beaucoup de clients ont été attirés par ce nouveau type de divertissement, installé au milieu des flippers. La règle du jeu, affichée à côté de l’écran, est assez simple pour que la planète entière puisse y jouer : "Éviter de rater la balle pour obtenir le high meilleur score."


Alcorn jette un bref coup d’œil à la machine en panne. Il constate que la caisse est pleine de pièces. Vidée, elle repart. Et le boss d’Atari, Nolan Bushnell, de faire ses calculs. Un flipper réalise en moyenne 10 dollars par jour de chiffre d’affaires contre 40 pour une borne Pong. L’industrie du jeu vidéo en tant que secteur commerciale vient de naître.

Pong sur la console Odyssey

Mais une autre version vient frapper cette belle histoire comme la balle de Pong sur les barres lumineuses du jeu. En mai 1972, le fabricant américain de téléviseurs Magnavox organise en Californie une journée de démonstration autour de l’Odyssey, la première console de jeux vidéo destinée aux téléviseurs de salon, machine imaginée par l’ingénieur Ralph Baer, présenté parfois comme le père de ce loisir naissant. Parmi les jeux proposés ce jour-là, il y a une simulation de tennis qui ressemble à s’y méprendre au futur Pong. Et l’un des premiers testeurs n’est autre que Nolan Bushnell. Il a même signé le livre d’or.

Un succès planétaire

Quand il revient chez Atari, il demande à Alcorn de produire un circuit électronique similaire pour les salles d’arcade. Trois mois plus tard, Pong était né. Son succès planétaire n’empêche pas la console Odyssey de bien se vendre. Mais aux yeux de l’histoire, c’est bien le Pong d’Atari qui sort vainqueur du match, un Pong bien meilleur du reste que celui de Ralph Baer.

A noter que l'exposition "GAME, le jeu vidéo à travers le temps" se tient toujours à Paris, à la Fondation EDF. C'est gratuit jusqu'au 27 août, et c'est avec franceinfo.