Jeux vidéo, jeux de miroir

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Interpeller directement le joueur, jouer avec les codes du jeu vidéo pour suprendre, déstabiliser ou questionner, une des tendances du moment.

Abattre le quatrième mur, celui qui sépare le joueur de l'action, un concept issu du théâtre, Diderot en parlait déjà en 1758, un dispositif qui s'exporte bien dans le jeu vidéo. Rien de nouveau sous le soleil mais avec le jeu The Stanley Parable sur PC et Mac, le procédé atteint un tel niveau de sophistication qu'il en devient ludique.

The Stanley Parable , c'est l'histoire de Stanley, employé modèle qui passe chaque jour de sa vie à enfoncer des touches sur un clavier, suivant les ordres qui tombent un à un sur son écran. Un bureau gris pour une vie toute aussi grise. Jusqu'au jour où plus aucune consigne ne s'affiche sur le moniteur.

Que faire ? Se lever ? Attendre ? Chercher la cause de ce mutisme ? Trouver la sortie ? Et pourquoi tous les collègues ont-ils disparu eux aussi ? C'est ce que vous allez tenter de comprendre, accompagné par le véritable héros du jeu : le narrateur.

Non seulement ce narrateur à la langue bien pendue commente toutes vos actions, mais il les devance. Ainsi, lorsque vous vous retrouvez face à deux portes, il signale que vous allez prendre celle de gauche, alors même que vous n'avez encore rien décidé.

C'est alors que le quatrième mur s'abat. Faut-il contredire ou suivre la voix du narrateur ? Le prendre à défaut ? Qu'est-ce que la liberté dans un jeu vidéo ? Un jeu de dupe passionnant qui pousse à tester toutes les combinaisons de ce jeu à multiples fins entre Jacques le Fataliste et le film The Truman Show. The Stanley Parable un must disponible pour 12 euros sur PC et Mac.

Beaucoup moins original, Unepic assume ses graphismes vieille école par un humour désarmant.

L'histoire ? Quelques amis font un jeu de rôle médiéval et fantastique un soir d'hiver. L'un d'eux, Daniel, fait une pause pipi et avant même de pouvoir allumer la lumière des toilettes, il est projeté pour de bon dans l'univers de Donjons & Dragons .

Et cet anti-héros n'en croit pas ses yeux, il vit l'envers du décor, lâché dans les caves d'un sinistre château, armé d'une épée et rapidement confronté au bestiaire de l'heroïc fantasy.

Drôle, potache et loin d'être simple, Unepic interroge lui aussi les codes du jeu vidéo dans un grand éclat de rire, Daniel n'hésitant pas à faire part de son incrédulité aux monstres du château, questionnant par la même le joueur sur ses propres goûts en matière de jeux vidéos. Une ironie naïve et rafraîchissante. Unepic , c'est un peu moins de 10 euros sur PC et WiiU en téléchargement.

Vous êtes à nouveau en ligne