Jeux Vidéo. Hitman III : Mieux vaut ruser que faire parler la poudre

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Hitman III" vient de sortir et fait appel à la créativité des joueurs pour mener à bien les missions de l'agent secret 47, tant les possibilités qu'offre le scénario sont nombreuses.

Hitman III, sorti le 20 janvier 2021 sur PC et consoles, est pour les joueurs l'occasion d'incarner à nouveau l'Agent 47, agent secret et tueur à gages, qui dans cet opus a mille et un moyens de parvenir à ses fins. C'est là le principal intérêt du jeu, d'après Brice N'Guessan, directeur de la rédaction de Jeux Vidéo Magazine : offrir un arc narratif très varié pour accomplir des missions dans plusieurs pays du monde.

franceinfo : Quelle est l'histoire principale de ce Hitman III ?

Brice N'Guessan : Vous luttez contre Providence, une société secrète qui s’efforce de contrôler dans l’ombre les puissants de ce monde. Une société qui n’est pas sans rappeler Spectre dans James Bond.

D’ailleurs, il y a beaucoup de similitudes avec James Bond ?

Notamment par rapport à la mise en scène mais aussi avec les différents pays que vous parcourez et leur ambiance : cocktail mondain à Dubaï, rave party géante à Berlin, campagne anglaise, sans parler de la Chine, l’Argentine ou encore la Roumanie, au total six destinations sont prévues.

Miser sur la furtivité et la ruse plutôt que faire parler la poudre

Et à chacune de ces destinations, il y a une mission précise ?

Comme James Bond, notre agent 47 a des objectifs qui consistent à éliminer différentes cibles. En revanche, contrairement à James Bond, on ne vous demande pas d’éliminer la terre entière. Par exemple, Daniel Craig dans Spectre, le dernier James Bond, c’est 235 victimes, avec un déluge d’explosions et de cascades. Alors que dans Hitman, il faut plutôt miser sur la la furtivité…

C'est là que le troisième volet de cette saga initiée en 2016 s’affranchit des références à notre agent au service de sa Majesté. Tuer par la manière forte dans Hitman c’est possible, mais le titre n’est pas pensé comme un jeu d’action. Cela se ressent dans les combats et autres affrontements, arme au poing. Le vrai plaisir que l’on a avec Hitman c’est de trouver sa cible, de l’identifier et ensuite de réfléchir au moyen de s’en débarrasser.

On peut donc s’amuser à refaire plusieurs fois les missions pour trouver les nouvelles possibilités.

Brice N'Guessan

Jeux Vidéo Magazine

L’intérêt du jeu réside dans le fait que vous avez un nombre incroyable de possibilités ?

Oui ! De l’eau dans la salle d’exposition ? C’est peut-être l’occasion de planifier une mort par électrocution. Vous êtes gourmet ? Endossez la tenue d’un cuisiner pour empoisonner le repas de votre victime. Plus rigolo, la peau de banane sur laquelle on peut glisser, ou encore la balle de golf explosive, délicatement posée avant que votre cible réalise son dernier swing. Voilà qui vous donne un petit échantillon de ce que l’on peut faire. On peut donc s’amuser à refaire plusieurs fois les missions pour trouver les nouvelles possibilités.

Vous êtes à nouveau en ligne