Battlefield 3 : le réalisme n'est pas (toujours) l'ami du vidéoludisme

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C’est l’un des temps forts de cette saison du jeu vidéo : la sortie de Battlefield 3, jeu de guerre pensé et conçu comme un blockbuster de cinéma.

Bienvenue sur le champs de bataille de Battlefield 3. D’un côté le jeu : avec une bataille en solo de courte durée et pas vraiment originale malgré un détour par l’Irak ou Paris. Et surtout un réalisme dérangeant voir déplacé. C'est aussi une guerre en multijoueur plus fun et jouissive heureusement.

Mais Battlefield 3, c’est aussi un éditeur américain Electronic Arts qui compte bien concurrencer le produit culturelle la plus vendu au monde chaque année : la licence Call of Duty

Ainsi avec 10 millions d'exemplaires mise en place sur toute la planète, ce Battlefield 3 est le plus gros lancement de EA à ce jour. Un marketing pensé comme un blockbuster de cinéma.

Battlefield 3 est donc fait du même bois que ses grands frères hollywoodiens. Gros budget et volonté de ramasser un paquet de dollars. Ce qui ne fait pas peur à la concurrence.

Et Battlefield 3 est un vrai concurrent par sa beauté froide, ses graphismes époustouflants, son multijoueur bien pensé. Malheureusement, l’histoire simpliste et un réalisme au limite du soutenable viennent gâcher la fête.

Une démonstration que le réalisme n’est pas forcément l’ami du divertissement. Pour les amoureux du jeu de guerre version Hollywood et pop corn, Call of Duty Modern Warfare 3 sortira le 8 novembre prochain.

Vous êtes à nouveau en ligne