Soigner ses arbres fruitiers et cultiver l'oseille

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le maître jardinier de France Info, Claude Bureaux, répond aux questions des auditeurs, notamment pour savoir comment soigner un abricotier attaqué par la moniliose.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

 Geneviève, à Cuers dans le Var m’écrit : "Pouvez-vous me conseiller une solution non chimique pour me débarrasser du Monilia qui attaque mon abricotier ?"

Geneviève, la moniliose des arbres fruitiers à noyaux attaque les fleurs et entraine leur dessèchement. Plus tard, cette maladie provoque la pourriture des fruits. Le champignon hiverne sur les rameaux. Les branches se dessèchent. Il faudra couper les rameaux secs et aérer la ramure. Ramassez et évacuez toutes les tailles à la déchetterie, et nettoyez bien le sol au pied de l’arbre. Désinfectez bien vos outils de taille avec de l’alcool à brûler.

Après la nouaison, pulvérisez une décoction de prêle du commerce, additionnée d’un concentré d’algues marines. Respectez bien les doses et les conseils d’utilisation. En début de saison, vous pouvez également utiliser de la fleur de souffre. Les jardiniers pratiquant la permaculture réalisent eux-mêmes  leurs décoctions de prêles ou de racines d’orties ainsi que des infusions de raifort, employées pures, début avril-mai et en juillet-août.

Cet automne, ramassez bien toutes les feuilles, les branches et les fruits momifiés et évacuez-les à la déchetterie. L’hiver prochain et avant la floraison, faites quelques traitements à la bouillie bordelaise (autorisés en agriculture bio) et enfouissez à la griffe un engrais organo-minéral riche en bore et en magnésium.

Aimez-vous l'oseille ? 

 

Jean-Charles, à la Celle Saint-Cloud  dans les Yvelines me demande : "Quelle est la différence entre l’oseille perpétuelle et l’oseille vierge ?"

Jean-Charles, ces deux "oseilles cultivées" appartiennent à deux espèces botaniques voisines, mais différentes, du genre rumex. Les maraichers cultivent sous le nom d’oseille-épinard ou de patience, l’oseille perpétuelle nommée encore oseille traditionnelle.

Les jardiniers considèrent l’oseille vierge au goût moins acide comme supérieure en goût. C’est une espèce pour le jardin familial, très rustique et très productive. Elle ne monte presque jamais à graines, d’où son nom de vierge. L’oseille traditionnelle ou perpétuelle est surtout utilisée pour la soupe et l’oseille vierge est appréciée pour garnir les omelettes, accompagner les poissons, les très jeunes feuilles peuvent se mélanger aux salades de mesclun.

La culture de ces deux oseilles par semis au printemps ou par éclats pourvus de racines (au printemps ou à l’automne) est pratiquement identique.

Vous êtes à nouveau en ligne