Quand rempoter un pothos ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Bérénice nous a écrit "J'ai, dans ma véranda, une belle potée de pothos en suspension. Est-ce la bonne période ou dois-je attendre le printemps ?"

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

En cette saison, surveillez-bien vos plantes d'intérieur. Evitez-leur les excès de chaleur, les brusques variations de température et les courants d'air. Respectez une certaine période de repos, ne les arrosez pas trop et surtout ne leur apportez aucun engrais.

Evitez-leur aussi les fumées de tabac ou de bougies, ainsi que les vapeurs de cuisine. Nettoyez régulièrement les feuilles à l'eau non calcaire ou avec un peu de bière.

Bérénice, à Vallet en Bretagne, dans le pays nantais, nous a écrit :

"J'ai, dans ma véranda, une belle potée de pothos en suspension. Je la bassine régulièrement et de temps en temps, je la trempe dans la baignoire pour l'humidifier. Je voudrais la rempoter dans un pot plus grand et plus joli. Est-ce la bonne période ou dois-je attendre le printemps ?"

Les vrais pothos sont des plantes proches des philodendrons. Ce sont des plantes très vigoureuses qui prospèrent bien à la lumière, à une température pouvant varier de 14 à 20°C et dans une atmosphère humide. En hiver, il faudra leur donner des arrosages parcimonieux. Je vous conseille d'attendre mars-avril pour le rempoter, dans un pot légèrement supérieur à la motte et dans un substrat léger du commerce ou dans un mélange de 2/3 de compost bien criblé et 1/3 de sable de rivière.

 Assurez-lui un bon drainage pour éviter l'eau stagnante au fond de la suspension. Le pothos a une forte capacité à purifier l'air intérieur et à absorber les pollutions. En particulier le benzène, le toluène, le formaldéhyde et le monoxyde de carbone. C'est donc une bonne plante d'appartement, facile de culture. Les boutures de jeunes tiges réalisées de mai à juillet sont de reprise très facile.

Sylvie à Dormelle (77) nous demande : "Puis-je faire de la confiture avec les fruits de mes rosiers qui seraient comestibles ?"

Tout ce qui est comestible n'est pas forcément délicieux. Les fruits du rosier canina ou églantier peuvent donner d'excellentes confitures, pâtisseries, bonbons, sirops ou liqueurs. Les fruits du rosier rugueux sont aussi parfois consommés en confiture ou en compotes. En règle générale, les fruits des rosiers sont tous comestibles lorsqu'ils sont très murs et après avoir ôté les graines qui sont couvertes de poil-à-gratter mais personnellement, je ne me risquerais pas à consommer les fruits des rosiers hybrides horticoles. D'après certains ethnobotanistes, ils ont un goût amer et des propriétés astringentes.

Vous êtes à nouveau en ligne