Le tibouchina et ses secrets

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le tibouchina, cette belle plante jusqu’ici appréciée par les horticulteurs fleuristes comme plante d’intérieur, est de plus en plus utilisée pour le fleurissement estival, en jardinière ou en massif, en potées fleuries ou parfois élevée en tige arbustive. Cet arbuste au feuillage persistant, originaire des Antilles ou d’Amérique subtropicale, est non rustique sous nos climats.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le tibouchina parfois nommé par les jardiniers Fleur araignée ou fleur de Guyane a des tiges velues couvertes de soies roses. Ses feuilles coriaces sont d’un beau vert velouté et ses fleurs sont d’une couleur exceptionnelle : pourpre, violacée, veloutée, aux reflets bleutés, elle peuvent atteindre 8 cm de diamètre.

En période estivale le tibouchina exige de la lumière

Il doit être placé de manière à profiter au maximum du soleil. Mais en cas de canicule, un léger ombrage peut lui éviter les brulures. C’est une plante qui supporte tous les sols légers, mais elle préfère les terres riches en terreau de feuilles et en terre de bruyère. Elle craint la sécheresse et l’excès de calcaire. Elle demande à être arrosée copieusement le soir à la tombée de la nuit. Arrosage au pied, tout en évitant de tâcher les fleurs qui vont flétrir et brunir, et les feuilles, afin d’éviter l’oïdium, le blanc du feuillage.

Conseils aux amateurs

Dès maintenant et jusque début septembre, le tibouchina se multiplie facilement par bouture, dans un mélange léger de terre de bruyère et de tourbe. N’oubliez pas de rentrer les plantes l’hiver, dans un local aéré, sain et lumineux. A 10 ou 12° seulement de température, pendant la période de repos.

Profitez des vacances pour renforcer vos connaissances en botanique et éveiller votre curiosité naturaliste

Vient de paraître aux éditions Belin, La petite flore de France (Belgique, Luxembourg, Suisse). Ce guide est un ouvrage pratique pour déterminer les espèces les plus communes, celles que l’on rencontre à chaque pas le long des routes, dans la plaine, en montagne, en forêt ou sur le littoral, soit 1 000 espèces. Avec les illustrations de la Grande flore de Gaston Bonnier , flore de référence pour tous les jardiniers. Cet ouvrage collectif a été réalisé grâce au soutien de la Société Botanique de France et de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon.

 Aux éditions Delachaux et Niestlé : Pierre Delforge, expert pour les orchidées européennes auprès de l’Union internationale pour la conservation de la nature, nous propose un guide qui décrit et illustre plus de 600 espèces et variétés d’orchidées d’Europe. Mais aussi d’Afrique du Nord et du Proche Orient. Cette quatrième édition, revue et augmentée, nous présente nos orchidées indigènes sous tous leurs aspects. Un ouvrage de référence.

Vous êtes à nouveau en ligne