Jardin. Un potager et du bonheur partagés à Oissel, en Seine-Maritime

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Au pied de deux immeubles, dans une cité de Oissel, un potager en mandala permet aux locataires de jardiner ensemble et de mieux se connaître. 

Depuis le mois de juillet dernier, les locataires de deux immeubles de Oissel, dans la banlieue de Rouen cultivent leur potager partagé. Ce potager tout en rond a remplacé un massif d’arbustes, fréquenté essentiellement par les chats du quartier.

Donner vie à une envie

La mise en œuvre de ce potager a été confiée à Delphine Breuil, créatrice de l’entreprise 'On va semer'. Delphine accompagne depuis trois ans la naissance de projets potagers dans les sociétés et les collectivités. À Oissel, elle a répondu à une demande et aux envies des habitants : "Habitat 76, le bailleur social de cette cité, m'a demandé d'intervenir sur ce lieu. Ils avaient repéré des gens motivés, notamment les gardiens d'immeuble, qui avaient vue sur ce lieu, rond, planté d'arbustes, autour duquel les enfants se contentaient de courir.

Ce qui est intéressant, c'est qu'on est vraiment sur un lieu de passage. Il y a deux entrées d'immeuble. Donc, on n'oublie jamais d'aller cueillir son persil en rentrant du travail. Et les enfants, en revenant de l'école, peuvent aller picorer une fraise. 

Delphine Breuil, créatrice de l'entreprise 'On va semer'

"Quand j'ai vu ce lieu, ajoute Delphine, j'ai tout de suite imaginé un potager partagé en mandala. C'est la forme la plus sympa à observer en hauteur. Et ici, les immeubles ont 6 ou 7 étages. Les habitants ont une vue plongeante sur le potager."

De leurs appartements, les locataires ont vu sur leur potager. 
De leurs appartements, les locataires ont vu sur leur potager.  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

De belles récoltes

En raison de la crise sanitaire, le potager a vu le jour avec un peu de retard. Delphine et les habitants n’ont pas pu planter leurs légumes et plantes aromatiques avant le mois de juillet. Ce retard n’a pas empêché de belles récoltes de courgettes, de menthe, de haricots, de roquette sur les 10 mini-parcelles de culture.

Le potager mandala a été surnommé par les locataires \"le camembert\" ou \"la pizza\". Chaque \"part\" est plantée de légumes ou d\'aromatiques. 
Le potager mandala a été surnommé par les locataires "le camembert" ou "la pizza". Chaque "part" est plantée de légumes ou d'aromatiques.  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Le potager a tout changé ! 

Pour Marilyne Traia, gardienne d’immeuble, le potager a bouleversé les relations entre les locataires : "Cet espace nous a apporté de la convivialité, des moments de bonheur partagé. Nous, les gardiens d'immeuble, on a parfois des relations difficiles avec les locataires. Forcément ! On leur rappelle souvent le règlement intérieur... Avec ce potager, ils nous voient autrement. 

C'est un endroit qui est vraiment respecté de tous. On n'a pas eu du tout de dégradation, c'était une crainte. Les locataires ont conscience que ce potager, c'est un bienfait en plus !"

Nous ne sommes plus de simples locataires. Nous sommes devenus de vrais voisins.

Marilyne Traia, gardienne d'immeuble

Demain, un poulailler partagé ? 

Delphine Breuil et les locataires jardiniers ont également créé un groupe de discussion via Facebook. Chacun peut y poster les photos de plats réalisés avec les légumes du potager, et partager ses recettes.

Dans ce quartier de Oissel, les habitants demandent désormais la mise en œuvre d’autres potagers. Un autre projet est à l’étude, celui de la création d’un poulailler partagé.  

Vous êtes à nouveau en ligne