Jardin. Un beau jardin même en hiver

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le jardin en hiver offre de fabuleux spectacles. 

Le givre sublime les fleurs fanées comme celles des hortensias et les épis de toutes les graminées. Quelques rayons de soleil en plus (oui, ça peut arriver !) transforment le jardin ou n’importe quelle balade dans la nature en un tableau féérique.

Voiles et dentelles

Les beautés de l’hiver, l’auteur et photographe Snezana Gerbault les aiment depuis toute petite. Née en Serbie, elle garde le souvenir d’hivers où, dans sa ville natale, le brouillard créait des ambiances étranges, un brin magiques. De ses promenades en France est né un joli livre, Mon jardin en hiver, dans lequel elle brosse le portrait d’une cinquantaine de plantes dont le froid révèle toute la beauté. Mais sa préférence va à une vraie sauvage :

 "Ma préférée, c’est la clématite sauvage, pour son côté voile, son côté dentelle. Elle apporte aux massifs, à une haie, une allure particulière en hiver. Et si vous l’avez au fond du jardin, je vous conseille de ne pas couper ces voiles poétiques et si jolis à voir". 

Les pompons soyeux de Clematis tangutica. 
Les pompons soyeux de Clematis tangutica.  (SNEZANA GERBAULT / ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE)

Fleurs, fruits et plumeaux

Les chardons, les cardères, les carottes sauvages, l’angélique au potager, accrochent bien le givre et le gel. Comme les fruits des rosiers ou des aubépines qui, eux, ressemblent à des petits bonbons glacés.

Du côté des couleurs, l’hiver est dominé, bien sûr, par le brun, le beige, le jaune paille. Des teintes qui ne manquent pas de charme pour Snezana : "Ce sont des décors plus ou moins éphémères certes, mais ça vaut le coup de les préserver jusqu’au dernier moment, jusqu’à la fin de l’hiver. Ces inflorescences, ces fruits, ces plumeaux donnent une animation en période hivernale et il faut les préserver." 

Du feu et du velours

Si vous voulez disposer d’autres couleurs dans votre jardin en hiver, c’est possible. Cherchez du côté des arbres et arbustes.

Le bouleau de l’Himalaya (Betula utilis) offre une écorce d’un blanc immaculé. Les rameaux rouges du cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) mettent le feu dans un massif dénudé. L’écorce de l’érable cannelle (Acer griseum) se détache en lambeaux et son tronc passe à l’orangé.  Enfin, j'ai une grosse faiblesse pour la ronce du Tibet (Rubus thibetanus) dont les jeunes tiges se couvrent en hiver de velours tout blanc. 

Mon jardin en hiver, textes et photos de Snezana Gerbault, paru aux éditions Delachaux et Niestlé (160 p., 19,90 €), a reçu en 2018, le prix Saint-Fiacre qui récompense chaque année un ouvrage traitant du jardin.

Vous êtes à nouveau en ligne