Jardin. Sécher ses plantes aromatiques pour l'hiver

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Claude Bureaux, le maître jaridinier de France Info répond aux questions des auditeurs. Aujourd'hui, comment conserver ses plantes aromatiques. 

Judith,  à Montgeron dans l'Essonne, voudrait conserver cet hiver des plantes aromatiques. Elle me demande si la conservation en bouquet suspendu, la tête en bas, dans la véranda est envisageable.

 Une méthode ancestrale

Judith, cette méthode de conservation des plantes aromatiques ou médicinales est sans doute la plus ancienne. Des plantes entières, un petit bouquet, pas trop serré, suspendu la tête en bas exige un local cinq et aéré, à l'abri du soleil direct. Une véranda non chauffée pourrait faire l'affaire.

 Ce procédé dit "séchage doux" très simple, présente en outre l'avantage de décorer et parfumer la maison. Cependant la lumière vive et les vapeurs de cuisine, la fumée du tabac et des bougies détruisent en grande partie les éléments nutritifs ou bénéfiques pour la santé et altèrent les arômes.

 On peut aussi conserver les feuilles ou les fleurs dans des bocaux ou des sachets que l'on placera à l'abri de l'humidité et de la lumière après les avoir séchés sur un tissu, sur du papier ou du carton. Là aussi, la pièce devra être bien aérée, il faudra aussi penser à retourner les éléments de temps à autres.

 Au bout de quelques jours, s’ils font du bruit lorsque l'on les remue, c'est qu'ils sont suffisamment secs pour être mis en boîte. Les plantes médicinales séchées ne se gardent pas plus d'un an, inutile de remplir vos placards : c’est plutôt une cueillette chaque année. Les méthodes de conservation en bouquet suspendu conviennent particulièrement au laurier, au thym, au romarin, à la prêle, à l'ortie, à la verveine, aux citronnelles, à l'origan, à la lavande et au lavandin.

Sans eau, pas de vie !

Vient de paraître aux éditions « Cours toujours » un excellent ouvrage sur les secrets et les richesses de l'eau. Didier Willot nous propose de découvrir comment l'eau modèle les paysages et fait vivre la faune et la flore. Il met en lumière les multiples aspects de cette ressource indispensable et nous invite à une exploration inédite du monde passionnant de l'eau.

 Savez-vous que 72 % de la surface de la terre est recouverte d'eau ? Qu’un chêne adulte peut transpirer 500 litres de vapeur d'eau par jour en été ? Que l’eau de cuisson des pommes de terre peut nous débarrasser des plantes adventices ? Eau !, de Didier Willot est un très intéressant recueil d'informations, illustré par Pascale Belle, avec de nombreux témoignages d'experts et de passionnés. 20 € dans toutes les librairies. 

Vous êtes à nouveau en ligne