Jardin. Que seront nos jardins demain ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En ville ou à la campagne, nous ne jardinerons plus comme avant. Le changement climatique nous y contraints, il va falloir adapter nos plantations et envisager d'autres méthodes. 

Le climat change, tout le monde le sait. Les quatre saisons marquées ne sont plus vraiment d’actualité.

Une saison sèche, une saison humide

Repassez-vous le film de cette année 2020. La saison chaude et sèche a démarré en mars, quasiment en toutes régions. Elle s’est poursuivie tout le printemps, puis tout l’été. La saison humide a démarré en octobre, et au vu des dernières années, on s’oriente vers une probabilité d’hiver très doux.

Cela fait un peu penser aux tropiques, c'est plutôt sympathique, mais il va falloir adapter nos jardins à ces nouvelles conditions.

Ne plus planter n'importe quoi, n'importe où

Sylvie Ligny est la cofondatrice de Garden_Lab, le magazine qui explore les jardins du futur. Pour elles, nos méthodes et nos envies doivent changer :

Planter à tout prix des végétaux de terre acide (bruyères, gardénias, camélias, rhododendrons) en terre calcaire, c'est fini. Il vaut mieux aller se balader, regarder ce qui pousse bien dans son environnement, et se dire que ces plantes sont toutes désignées pour être plantées dans son propre jardin.

Sylvie Ligny du magazine Garden_Lab

"Avoir des jardins grands ou petit sous perfusion permanente, c'est fini aussi. Il faut viser une plus grande autonomie. Un jardin qui a besoin d'une attention permanente, ce n'est plus du plaisir à un moment donné. Donc, il va falloir faire des efforts pour adapter son jardin à son contexte climatique régional."

Sylvie Ligny, co-fondatrice du magazine \"Garden_Lab\".
Sylvie Ligny, co-fondatrice du magazine "Garden_Lab". (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Une solution testée en Suède

Dans son numéro 10 consacré au jardin et à la sécheresse, Garden_Lab donne la parole à des chercheurs, des paysagistes, des géo-historiens, et à des forestiers, et rapporte leurs observations et leurs expériences. Leurs conclusions sont sans appel : nous devons désormais choisir nos plantes pour leur résistance à la sécheresse en été, et leur éviter la noyade en hiver.

Sylvie Ligny a rencontré Peter Korn. Ce paysagiste qui vit à côté de Göteborg, en Suède, a réinventé son jardin et sa façon de jardiner :

"La Suède est confrontée aux mêmes problèmes que nous. Peter Korn est connu pour végétaliser des espèces complètement minéralisées en ville. Pour ses plantations, il commence par enlever la couche superficielle du sol (20 cm environ) et la remplace par du sable. Puis il installe ses plantes, élevées en pépinière, de façon à leur assurer un excellent système racinaire et donc un bon enracinement..."

Le jardin du pépiniériste Olivier Filipi, dans le sud de la France.
Le jardin du pépiniériste Olivier Filipi, dans le sud de la France. (ISABELLE MORAND / GARDEN_LAB / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Le plein d'idées

Si vous vous lancez dans le jardinage, je vous conseille vivement la lecture de ce numéro de Garden_Lab. Vous y trouverez des idées pour aménager de petits espaces en ville, réaliser un jardin sur gravier ou transformer votre terrasse en garrigue urbaine.  

Vous êtes à nouveau en ligne