Jardin. Les oyas, un bon système pour économiser l'eau

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Avec ces poteries micro-poreuses, les arrosages sont réduits.

Les oyas sont des poteries micro-poreuses. Réalisées en argile, cuites à basse température, elles ressemblent à des cruches sans anses, mais équipées d'un couvercle. On les utilise dans la technique d’irrigation par jarre enterrée.

Une technique très ancienne

Il ne s’agit pas d’une innovation mais d’une redécouverte. Personne ne sait exactement où a été inventé le système. Les chercheurs hésitent encore entre l’Iran, l’Afrique et la Chine. La fonction de l’oya est de délivrer l’eau, directement au pied des plantes. Comment ça marche ? Les explications du pépiniériste Philippe Courtoison : "C'est très simple : on enterre la poterie jusqu’au goulot, on remet le couvercle par dessus. Grâce au système micro-poreux, l'eau va s'écouler tout doucement et délivrer à la plante ce dont elle a besoin. Selon la température ambiante, les oyas assurent entre quinze jours et un mois d'arrosage."

Philippe Courtoison, pépinière \"La Palmeraie zen\", à Saumur, dans le Maine-et-Loire.
Philippe Courtoison, pépinière "La Palmeraie zen", à Saumur, dans le Maine-et-Loire. (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Des arrosages réduits de moitié

Il existe des oyas de différentes tailles. Des minis pour les jardinières et les petites plantes d’intérieur. Des grandes pour installer au pied de plantes vivaces, d’arbustes ou des légumes, au potager.

L’intérêt principal de cette technique, c’est d’économiser l’eau. Et il ne s’agit pas d’une économie ridicule puisque l’utilisation d’un oya permet de réduire l’arrosage de 50% minimum. Et pas la peine de les déterrer en hiver, comme l'explique Philippe Courtoison : "La terre est un petit peu gélive, mais pas trop. De toutes façons, à partir du moment où la jarre est enterrée et qu’il n’y a plus d’eau dedans, ça ne gèle pas. C’est l’eau qui fait éclater la terre cuite. À l’automne, vous laissez l’eau se vider d’elle même et la jarre passera, normalement, l'hiver sans encombre."

Idéal pour les terrasses et balcons

Enterrer des oyas partout dans un grand jardin, c’est un peu irréaliste et surtout assez onéreux mais sur un balcon ou dans un petit jardin, l’investissement se révèle rentable. Une bonne solution pour alléger les factures d’eau. 

Merci à Philippe Courtoison dont la pépinière "La Palmeraie zen" est installée à Saumur. Il y produit des palmiers, des cycas et des papyrus

Vous êtes à nouveau en ligne