Jardin. Le topinambour

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le topinambour, comment le cultiver, le cuisiner et surtout... Comment s'en débarasser ! 

Serge m’écrit d’Auxerre dans L’Yonne : "Le fond du jardin est envahi par du topinambour. Malgré mes efforts et une bonne binette, je n’arrive pas à me débarrasser de cet envahisseur". Question annexe : "A quelle époque de l’année les topinambours sont-ils comestibles ?". 

Echappé du potager, il a pris racine dans toute la France

Serge, le topinambour, cousin du tournesol, est une plante vivace rustique. Il est envahissant dans les terres riches anciennement cultivées, comme les potagers abandonnés et les vignes en friche. Échappé de jardin, il s’est naturalisé dans toute la France, même dans les terrains médiocres !

Il faut de la patience pour s’en débarrasser mécaniquement. La solution serait de couper régulièrement, plusieurs fois en saison, les rejets. Prélevez au maximum, à partir de mi-octobre, les tubercules comestibles, irréguliers et noueux. Ramassez-les soigneusement. Il ne faut pas laisser le moindre petit morceau de tubercule dans le sol, c’est la multiplication assurée !

Un petit goût d'artichaut

Ces tubercules, dont la saveur rappelle quelque peu celle du fond d’artichaut, se mangent crus en salade ou cuits à l’eau ou à la poêle. Ne récoltez pas d’avance les tubercules, car ils se conservent mal hors de terre, ils peuvent être à l’origine de désagréments intestinaux.

Le saviez-vous ? Les pétales jaunes des fleurs de topinambours, cueillies en août-septembre, peuvent être utilisées frais ou séchées pour décorer, en nouvelle cuisine, toutes sortes de plats. Le jardinier est parfois un randonneur…

Des promenades botaniques

Marcher, sans chercher l’exploit sportif, en prenant soin d’écouter la nature, d’observer le paysage, de découvrir des espèces végétales… Apprendre à découvrir la nature au fil des saisons… Marie-Jeanne et Alain Genévé vous proposent, aux éditions du Rouergue : "40 promenades botaniques pour ne plus jamais confondre narcisses et jonquilles".

Vient de paraître également, aux éditions Ulmer, "Plantes sauvages comestibles", un guide d’identification, permettant de déterminer sans risque d’erreur, 50 plantes comestibles les plus courantes dans la flore française.

Deux ouvrages indispensables aux jardiniers naturalistes, en vente dans toutes les librairies et l’espace livre des jardineries et des magasins bio.