Jardin. Le jardin écopoétique de Camille They, à Saint-Ouen

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Camille aménage des jardins en ville où la technique et le savoir-faire se marient avec la rêverie et l'imaginaire. 

Le jardin écopoétique est né à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis. Ce concept a été créé par Camille They, passionnée de nature depuis son enfance en Tunisie.

De la Normandie à la Seine-Saint-Denis

Après avoir exercé différents emplois dans la pub ou les costumes, elle a finalement décidé de se consacrer à la création de jardins. Comme elle n’a aucun diplôme, elle a inventé le sien baptisé SLTC, ce qui signifie Sur Le Tas de la Créativité !

Après avoir créé des jardins en Normandie et en Charente, elle se fixe à Saint-Ouen, où la mairie lui demande de réhabiliter une cour non loin du marché aux Puces. De son atelier, elle a vue sur une friche où va naître son jardin écopoétique.

Éco comme écologie. Mais pourquoi poétique ? "Je baigne dans la poésie depuis mon enfance. J'ai été et suis toujours accompagnée par Charles Baudelaire, Gaston Bachelard et d'autres grands poètes. J'ai découvert Bachelard quand j’ai commencé à créer des jardins ; c’est un philosophe de la matière qui a écrit des bouquins magnifiques sur la rêverie."

Le jardin, c'est une rêverie...

Camille They, écopoète

Les artistes sont les bienvenus dans le jardin écopoétique. 
Les artistes sont les bienvenus dans le jardin écopoétique.  (ISABELLE MORAND / CAMILLE THEY / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Se laisser porter par la poétique des lieux

Pour Camille They, avant de créer un jardin, il faut observer, et observer encore pour créer une relation sensible :

"Cette observation, cette immersion vont permettre de donner une identité propre au lieu, et de sublimer toute sa beauté tout au long de la journée. La lumière est un élément fondamental dans un jardin, c’est elle qui sculpte les végétaux. Tout change de minute en minute, de jour en jour, d’année en année. C'est un perpétuel mouvement, en perpétuelle transformation." 

Petits nids en grillage à poule ou grosses gouttes d\'eau ? Laissez marcher votre imagination ! 
Petits nids en grillage à poule ou grosses gouttes d'eau ? Laissez marcher votre imagination !  (ISABELLE MORAND / CAMILLE THEY / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

D'autres initiatives en ville

Il a tout de même fallu trois ans à Camille pour se lancer dans la réalisation son jardin écopoétique du 54 (rue Charles Schmidt). Il n'est toujours facile de se projeter dans un environnement très urbanisé, et dans un espace envahi par les acacias qui créent beaucoup d’ombre.

Les acacias sont élagués, et Camille se lance en peignant un premier mur en rouge, "traduction de ma période chinoise". Elle plante, elle taille, elle ouvre ce lieu et en crée d’autres dans la ville : "On a créé plusieurs lieux dont un jardin partagé en face du jardin écopoétique. Nous l'avons baptisé le "Jardin de la Tranquillité". C'est un jardin partagé et vivrier, ouvert à tous, mais je veille là aussi à la conjugaison de l'utile et du beau. 

Nous avons aussi initié le mouvement des Incroyables Comestibles à Saint-Ouen en plantant dans des Pallox. On a privilégié les cultures hors-sol, car la ville a vu passer de nombreux industries et on ne sait pas exactement si les terrains sont pollués ou non."

La poésie accompagne Camille They depuis son enfance.
La poésie accompagne Camille They depuis son enfance. (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Transmettre la poésie

L’un de ces jardins, le 16 bis, est classé Oasis Nature, par l’association Humanité et biodiversité présidée par Hubert Reeves. De nombreux enfants fréquentent les lieux à longueur d’année, ou lors d’évènements comme la fête de la Nature. Camille jardine avec eux. Elle leur parle écologie et leur chante du Baudelaire… 

Vous êtes à nouveau en ligne