Jardin. Et si vous plantiez un kiwaï, le cousin du kiwi ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les kiwaïs se récoltent dès maintenant. Si leur saveur vous plaît, vous pourrez en planter en novembre. 

Le kiwaï (Actinidia arguta) est un cousin du kiwi (Actinidia deliciosa). Comme le kiwi, le kiwaï est une liane très rustique, originaire d’Asie, qui se plante facilement chez nous et produit rapidement des kilos de fruits.

Pas besoin d'éplucher les fruits

Mais qu’est ce qui différencie le kiwaï du kiwi ? Tout d’abord, la grosseur des fruits. Chez le kiwaï, ils sont beaucoup plus petits. Ensuite, on ne les récolte pas au même moment. Le kiwi se récolte à partir de la mi-novembre et il mûrit progressivement pendant l’hiver. Le kiwaï, lui, arrive à maturité en ce moment et se ramasse jusqu’aux gelées.

Pour Frédéric Lantin qui produit ces petits fruits en culture bio dans sa pépinière Ribanjou, le kiwaï et ses différents types de fruits ont encore d’autres qualités : "Ce sont des fruits qu'on mange avec la peau. Pas besoin de les peler contrairement aux kiwis. Par ailleurs, c'est beaucoup moins acide que le kiwi et donc plus facile à consommer frais. Il existe plusieurs types de fruits. Le plus précoce, c'est la variété dite à fruits rouges allongés dont le fruit est mûr courant septembre. Il est peu acide et dégage une petite saveur de prune. Il est aussi possible de déguster le type vert rond dont les fruits sont beaucoup plus sucrés. Sa récolte commence au début du mois d'octobre et se poursuit jusqu'aux gelées. Enfin, le type vert allongé est celui qui produit les fruits les plus gros et les plus sucrés. Sa maturité est plus tardive et ce peut-être un souci dans les régions où l'hiver arrive assez vite."

Frédéric Lantin cultive des petits fruits communs et insolites dans sa pépinière angevine, Ribanjou. 
Frédéric Lantin cultive des petits fruits communs et insolites dans sa pépinière angevine, Ribanjou.  (ISABELLE MORAND / DIMITRI KALIORIS / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Parfait sur une pergola

Chez les kiwaïs, vous trouverez quelques variétés auto-fertiles. Cela signifie que vous n’aurez pas à planter un pied mâle et un pied femelle pour obtenir des fruits.

Choisissez bien votre emplacement de plantation. Le pied peut être installé à l’ombre, mais pour donner des fruits, il lui faudra un bon ensoleillement. La solution idéale consiste à le faire grimper sur une pergola ou une treille. Il vous fera de l’ombre en été et ne bloquera pas la lumière en hiver puisque son feuillage est caduc.

D’autres conseils de culture avec Frédéric Lantin : "La plantation d'automne est toujours a privilégier sauf dans les régions aux hivers qui durent. La plante s'implante toujours mieux en terre chaude. Le kiwaï a besoin d'une terre riche en matière organique, en compost. Il faut bien l'arroser les premières années pour l'aider à s'installer. Et il faudra toujours lui apporter un minimum d'eau au pied pour permettre à son feuillage très large de bien se développer. Du côté de la taille, ne taillez jamais cette liane avant sa première fructification qui intervient généralement au bout de 4 ans. Par la suite, vous pourrez associer taille de printemps, d'été et d'hiver pour donner à la plante la forme que vous souhaitez."

A déguster avec du gingembre !

Une plante adulte peut donner des dizaines de kilos de fruits. Ils ne conservent au frais, mais pas très longtemps. N’hésitez pas à en faire des confitures ou des smoothies, en mélange avec des pommes ou relevés avec un peu de gingembre frais ou en poudre. C’est délicieux !

Merci à Frédéric Lantin. Sa pépinière, Ribanjou, est une mine de petits fruits communs et plus insolites. 

Vous êtes à nouveau en ligne