Jardin. Chasse aux batraciens dans le jardin de Stéphane Marie

La vie des batraciens dans le jardin du présentateur de l'émission "Silence, ça pousse !" sur France 5. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

À la Maubrairie, le nom de son jardin dans le Cotentin, Stéphane Marie a installé plusieurs bassins grands et petits.Le premier d’entre eux a été aménagé dans le jardin où sont tournées les émissions "Silence, ça pousse !" pour France 5.

Exit les poissons rouges ! 

Les poissons rouges et les carpes koï en ont été les premiers habitants, y compris Fifty, une belle carpe jaune longue de 25 cm, offerte à Stéphane pour ses 50 ans. Après quelques années pourtant, les poissons rouges ont été retirés de ce bassin car ils boulottaient absolument tout.

Et depuis, Stéphane a vu revenir bien d’autres animaux : "Il y a de plus en plus de grenouilles qui prennent le soleil le matin, sur les berges, qui sautent toutes quand on arrive. Cet après-midi, je voyais des tritons avec le ventre jaune, des tout jeunes, grands de 2 cm, et puis des têtards avec leurs grosses têtes globuleuses. Je ne les connais pas bien tous, je ne connais pas tous les noms, je ne suis pas un spécialiste des poissons. Mais le fait est là : la vie est revenue dans ce trait d'eau depuis que j'ai viré les poissons rouges !"

Stéphane Marie dans son jardin, La Maubrairie, dans le Cotentin. 
Stéphane Marie dans son jardin, La Maubrairie, dans le Cotentin.  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Les guppys, les rois de la débrouille

Les poissons rouges ont trouvé un nouveau domicile dans le miroir d’eau devant la maison car les grenouilles ne peuvent venir s’y reproduire.

Contre le mur de l’habitation principale, un grand bac accueille un lotus et des gambusies. Ces minuscules poissons qu’on appelle aussi des guppys sont là pour manger les moustiques, et ils se débrouillent tout seuls pour hiverner ou réguler leur population : "Ils sont 30 ou 40. Ce sont de tout petits poissons dont je ne m'occupe absolument jamais. Je crois que les poissons ont la faculté de se réguler quand la place vient à leur manquer. Peut-être se mangent-ils entre eux ? Je n'en sais rien !". 

C'est l'histoire d'un crapaud qui hurlait à la lune

Les crapauds sont, eux aussi, communs à la Maubrairie. Ils se reproduisent dans le bassin comme les grenouilles. Ils mangent des insectes, des limaces.

L’un d’entre eux, un crapaud accoucheur, loge juste sous le platelage face à la cuisine. Stéphane Marie adore ce compagnon discret sauf quand…

"Un jour, j'avais installé dans le jardin de graviers des lumières qui s'allument le soir,  des petits trucs solaires qu'on plante dans le sol. Le crapaud accoucheur qui vit là, a crié, chanté, toute la nuit. Toute la nuit ! Je n'en pouvais plus. À 5 heures du matin, je suis descendu, j'ai éteins toutes les lanternes, je les ai virées le lendemain. Elles l'ont rendu dingue. Il croyait qu'il faisait jour, il croyait que c'était la pleine lune, je sais pas très bien, mais il était prêt à chanter jusqu'à l'épuisement, le pauvre..."

La salamandre tant attendue

À cette galerie de batraciens manque encore la salamandre qui pond dans l’eau et vit dans des endroits frais. Mais Stéphane en est certain : elle finira bien par découvrir le chemin de son jardin . 

Vous êtes à nouveau en ligne